• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Seine-Saint-Denis - Des élus de gauche du département vont porter plainte contre l'Etat pour “rupture d'égalité”

Aux portes de Paris, les tours de la ville de Bobigny. Photo prise en mai 2018. / © Philippe LOPEZ / AFP
Aux portes de Paris, les tours de la ville de Bobigny. Photo prise en mai 2018. / © Philippe LOPEZ / AFP

Les élus de gauche de Seine-Saint-Denis ont annoncé ce jeudi 4 octobre leur intention d'attaquer l'État pour "rupture d'égalité devant le service public", après un rapport parlementaire montrant que ce département, qui cumule les difficultés, est mal doté par l'État.

Par MT/AFP

Cette annonce intervient alors que tous les parlementaires de Seine-Saint-Denis, de droite comme de gauche, doivent se réunir vendredi à Bobigny pour réclamer "l'égalité républicaine". Un rassemblement prévu de longue date qui fait suite à la publication en mai dernier d'un rapport piloté par les députés François Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM).
Leur évaluation, qui s'est penchée sur l'action de l'État dans trois domaines régaliens - éducation, justice, police -, montre que la Seine-Saint-Denis, située au nord de Paris et comptant plus de 1,5 million d'habitants, reste sous-dotée par rapport à d'autres territoires, avec notamment des fonctionnaires moins nombreux et moins expérimentés qu'ailleurs.
 

"La Seine-Saint-Denis va mal"

"Il aura donc fallu attendre la publication d'un rapport parlementaire de deux députés de droite - dont l'un de la majorité parlementaire - pour découvrir ce que nous disons chaque jour : la Seine-Saint-Denis va mal, les inégalités avec les autres départements sont criantes et cela est structurellement dû à l'absence d'action de l'État pour rétablir l'égalité", écrit l'Union des élus socialistes et républicains (UDESR) de Seine-Saint-Denis dans un communiqué transmis à l'AFP.

Face à ce constat, nous «avons décidé d'attaquer l'État pour "rupture d'égalité devant le service public"», écrivent-ils, ajoutant que leur action sera "introduite dans les tous prochains jours".
 

L'Etat déjà condamné

"Les Séquano-Dionysiens, comme tous les Français, doivent bénéficier des mêmes droits et du même accès aux services publics", ajoute l'UDESR, dirigée par Gérard Cosme, le président de l'établissement public territorial Est Ensemble.

En octobre 2017, l'État avait été condamné pour "déni de justice" en Seine-Saint-Denis, en raison de délais "anormaux" devant le juge des affaires familiales. L'État avait dû verser des indemnités à plusieurs justiciables du département suite à cette procédure appelée "action en responsabilité de l'État".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus