• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Souffrance au travail : la justice enquête sur un cas de suicide à Pôle emploi en Seine-Saint-Denis

© MaxPPP
© MaxPPP

Une information judiciaire vise Pôle emploi depuis 2014 pour harcèlement moral et homicide involontaire, après le dépôt d'une plainte par la CFTC Emploi et les parents d’une conseillère ayant mis fin à ses jours, révèle franceinfo mardi. L’enquête est toujours en cours.

Par EB

Depuis 2014, la justice se penche sur le dossier de la souffrance au travail à Pôle emploi. Près de dix ans après la fusion entre l’ANPE et l’Assedic, l'ambiance reste lourde pour de nombreux salariés de cet organisme chargé de la gestion des personnes au chômage.
Selon nos confrères de franceinfo, une information judiciaire vise Pôle emploi depuis 2014 pour harcèlement moral et homicide involontaire, non-assistance à personne en danger et conditions de travail contraires à la dignité de la personne. Elle fait suite à une plainte du syndicat CFTC Emploi et des parents d’Aurore Moësan, jeune conseillère d'une agence de Seine-Saint-Denis qui s’est donné la mort en octobre 2012.

LIRE aussi ► Une information judiciaire vise Pôle emploi depuis 2014 pour homicide involontaire et harcèlement moral

"Elle se prenait le bec avec sa hiérarchie, c'était relativement quotidien" explique Nelly Moësan, la mère d'Aurore Moësan. L'avocat des parents d'Aurore Moësan, met aussi en cause les pressions liées à son travail, "Elle recevait des ordres contradictoires, elle avait l'impression de ne pas être entendue. Ses conditions de travail étaient anormales", met en avant Eric Morain, avocat des parents d'Aurore Moësan.
 

Aurore Moësan n'est pas un cas isolé

Plus de 17 suicides "auraient une origine professionnelle" entre 2008 et 2014 à Pole emploi autrement dit depuis la fusion ASSEDIC -ANPE. C'est le bilan de Marguerite Undriener, la secrétaire générale du syndicat CFTC. Elle appelle à continuer la lutte contre cette souffrance et les conditions dramatiques qui en découlent. De son côté, Pôle emploi estime faire le maximum pour prévenir les risques psycho-sociaux en employant notamment des professionnels formés à la fois pour les  ressources humaines et l'encadrement.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus