Une semaine après les élections, des assesseurs et présidents de bureaux de vote atteints du coronavirus

Une semaine apres le 1er tour, des membres de bureaux de vote franciliens affirment avoir contracté le coronavirus.

Un vote sous protection sanitaire
Un vote sous protection sanitaire © Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Paul Hatte présidait l’un des 67 bureaux de vote du 17e arrondissement de Paris. Après avoir présenté des symptômes pendant quelques jours, le diagnostic est tombé ce dimanche, une semaine après les élections, il est atteint du coronavirus. Sur les réseaux sociaux, il s’indigne.

A Franconville dans le Val d’Oise, un assesseur présentait également des signes  de la maladie vendredi. 
Dans le même département à Montmagny, 3 cas de coronavirus ont été détectés parmi les assesseurs le 19 mars.

Des mesures avaient été prises dans les bureaux de vote pour limiter les risques sanitaires. Edouard Philippe avait assuré que le scrutin était « sans danger ». Mais lors des soirées électorales, les mesures barrière avaient été parfois largement oubliées comme à Argenteuil ou Ivry sur Seine.  

Le maire de Fontenay-aux-Roses hospitalisé dans un état grave.

Dans un communiqué, Laurent Vastel s’est adressé aux habitants de sa commune depuis son lit d’hôpital. « Dimanche soir, j’ai ressenti une grande fatigue,  assez légitime à la suite d'une campagne éprouvante, écrit-il. Dès le lendemain, l'agueusie et la fièvre se sont installées. »
Interrogé par SMS par Le Parisien, Laurent Vastel dit regretter le maintien des élections municipales. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société élections municipales 2020 politique élections polémique