Cet article date de plus de 4 ans

Sondage : les Franciliens voteront avant tout pour la personnalité du candidat

L'enquête électorale CEVIPOF/Régions France 3 /Ipsos /Sopra Stéria que nous publions ici, montre que le premier critère de vote des Franciliens aux législatives, porte sur le candidat, son profil et ses compétences supposées pour les représenter, devant la nécessité de désigner une majorité.
L'enquête CEVIPOF/Régions France 3 /Ipsos /Sopra Stéria que nous vous proposons aujourd'hui, menée du 27 au 30 mai 2017, soumettait d'abord deux hypothèses aux électeurs sur les motivations essentielles de leur décision de vote : 

Si vous allez voter aux élections législatives, c’est avant tout pour

 


Or, majoritairement, la première dimension d'un député aux yeux des électeurs doit être de représenter sa circonscription. C'est à dire que le député apparaît aux électeurs comme un élu d'intérêt local à vocation nationale.
Ainsi en Ile-de-France, les personnes interrogées déterminent leur vote à 62,2% en choisissant le candidat ou la candidate qui leur paraît le mieux représenter la circonscription ou qui leur semble le plus à même d'en défendre les intérêts
Un choix conforme à celui de l'ensemble des Français, qui raisonnent de la même manière à 63%.
Etude d'opinion : les préoccupations des Franciliens (législatives 2017)
Create your own infographics


L'Assemblée devrait-elle soutenir ou s'opposer ? Un avis partagé


Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la préoccupation d'apporter un soutien ou de manifester une opposition au Président de la République Emmanuel Macron, et à son gouvernement, n'intervient qu'après. En Ile-de-France, seuls 37,8 % des personnes interrogées considèrent cet objectif comme leur priorité.

D'ailleurs, concernant "la nécessité" qu'il y aurait à donner une majorité au Président, les Franciliens sont très partagés. Ainsi, à la question "Est-il préférable qu'il y ait une majorité de députés favorables à Emmanuel Macron pour qu'il mène sa politique"? 49% des Franciliens répondent que ce serait préférable.
Mais 51% des Franciliens préfèrerait une majorité à l'opposition pour qu'Emmanuel Macron et son gouvernement partagent le pouvoir.
Etude d'opinion : les Franciliens pour ou contre une majorité (législatives 2017)
Create your own infographics


Faire confiance aux entreprises, réduire le nombre de fonctionnaires ....


Le reste de l'étude, en treize questions, portait sur des sujets d'ordre général, qui reviennent fréquemment ou régulièrement lors des séquences électorales : peine de mort, immigration, nombre de fonctionnaires, etc.

On y apprend ainsi que 35,9 des Franciliens pensent qu'il faudrait prendre au riches pour donner aux pauvres. Mais 28,1 % ne sont pas d'accord et 36% ne sont ni d'accord, ni pas d'accord.

33,7% des Franciliens seraient d'accord pour un rétablissement de la peine de mort, mais 48,7% seraient opposés et 17,5% ni pour ni contre

52,7% jugent qu'il y a trop d'immigrés, mais 22% ne sont pas d'accord et 25,3% n'en pensent rien

61,1% des franciliens pensent ainsi que les parents n'ont plus aucune autorité, quand 14,9% estiment le contraire et 24% ne savent pas très bien.

57, 9% des Franciliens estiment que l'Etat doit donner plus de liberté aux entreprises. 15,9% pensent le contraire, et 26,2% ne sont ni d'accord, ni en désaccord

Enfin 41,8% trouvent qu'il faut réduire le nombre de fonctionnaires, 30,5% pensent le contraire et 27,7 ne sont ni d'accord ni pas d'accord.


Surprise : les électeurs voudraient "un homme fort" à la tête de l'Etat


Finalement, la surprise de ces treize questions, c'est sans doute de trouver une forte proportion d'électeurs qui rêvent d'un "homme fort" à la tête de l'Etat.

40,6% des Franciliens estiment que la France devrait avoir à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections.
32,2% ne sont pas d'accord avec cette vision de la France, et 27,2% ne sont ni pour ni contre.

L'enquête électorale CEVIPOF/Régions France 3 /Ipsos /Sopra Stéria s’est déroulée du 27 au 30 mai 2017 auprès de 14 958 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique élections