Cet article date de plus de 4 ans

A Gonesse, Europacity verra le jour, après quelques modifications

Auchan, le promoteur d'EuropaCity, méga-complexe commercial et de loisirs qui doit voir le jour en 2024 près de Roissy, à Gonesse (Val d'Oise) annonce qu'il poursuit son projet, tout en l'amendant pour tenir compte des avis, très contrastés, exprimés lors du débat public.
© France3 Paris
Les débats sur le projet ont été et continuent d'être animé, c'est le moins que l'on puisse dire ! D'ailleurs , le compte rendu du débat public le souligne par écrit : « Le projet EuropaCity porte une vision de l'évolution de la société qui n'a pas fait l'unanimité ». 


Pharaonique

Il faut dire que le projet sort de l'ordinaire. Il est pour l'instant du moins, monumental sur le papier. Certains disent "pharaonique" ou démesuré. 500 boutiques, des salles de spectacles, un parc aquatique, une "ferme urbaine" et même une piste de ski dans un complexe de 80 ha dans le triangle de Gonesse (Val-d'Oise), une zone agricole inhabitable entre les aéroports du Bourget et de Roissy, que le conseil régional a décidé d'urbaniser en partie.
Ce vaste ensemble compte attirer 31 millions de visiteurs par an. Il constituera le plus gros investissement privé en France depuis Disneyland Paris en 1992.

Dès la fin de la présentation à la presse du bilan du débat public, étalé du 15 mars au 13 juillet 2016, le directeur d'EuropaCity, Christophe Dalstein, a immédiatement annoncé « Nous allons poursuivre la mise en oeuvre de ce projet » estimé à 3,1 milliards d'euros et porté par Immochan, la branche immobilière du groupe Auchan. La rapidité de l'annonce de cette décision d'Auchan a surpris les professionnels, habitués à la prudence des promoteurs de projets controversés, qui d'ordinaire jouent sur le temps pour apaiser les polémiques. Mais Auchan et sa filiale immobilière veulent rassurer leurs partenaires investisseurs, étrangers, notamment chinois, qui pourraient prendre peur face à la contestation du projet. 


Le projet va évoluer

L'objectif d'Auchan et de son représentant, Christophe Dalstein, directeur d'Europacity, était donc de calmer les esprits, et tout en rassurant les investisseurs, de rassurer aussi les opposants au projet « Le projet va évoluer » a assuré M Dalstein, esquissant des modifications concernant l'"offre", la "conception architecturale" et "la façon d'associer les parties prenantes". Christophe Dalstein n'exclut pas que le projet soit redimensionné.

De leur côté, les opposants dénoncent un "clone de Las Vegas", la destruction de terres agricoles, ou encore un impact négatif sur les activités existantes. Selon eux, les projections du maître d'ouvrage (11.800 emplois directs en phase d'exploitation) sont surévaluées.
Le Collectif pour le triangle de Gonesse prévoit de renforcer sa mobilisation pour faire échec au projet. Reportage Tania Watine et Louise Simondet
durée de la vidéo: 01 min 42
Modification du projet Europacity ©France3 Paris

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie polémique société environnement