Une jeune arbitre agressée lors d'un match amateur à Pontoise, le club condamne les faits

Une rencontre entre deux clubs amateurs du Val d'Oise dimanche 11 octobre a mal tourné. La jeune femme qui arbitrait le match aurait été insultée et frappée. Les deux auteurs présumés seront suspendus du club le temps qu'une commission de discipline statue sur l'affaire.

L'arbitre aurait reçu un coup de coude dans la mâchoire. L'agresseur présumé et un encadrant de la JS Pontoisienne ont été suspendus à titre conservatoire. (Illustration)
L'arbitre aurait reçu un coup de coude dans la mâchoire. L'agresseur présumé et un encadrant de la JS Pontoisienne ont été suspendus à titre conservatoire. (Illustration) © AFP
Un carton rouge aura mis le feu aux poudres. Dimanche 11 octobre, un match oppose la JS Pontoisienne et le FC Ecouen à Pontoise, dans le Val d'Oise en catégorie U18 (les joueurs de moins de 18 ans).

Après avoir exclu un éducateur de la JS Pontoisienne, "l'arbitre est contrainte d'exclure un joueur de l'équipe locale pour dans un premier temps avoir proférer injures et menaces envers un adversaire", selon le récit détaillé du blog "Arbitrez-vous".

Après de copieuses insultes proférées par les deux personnes ayant reçu ces cartons, le joueur serait retourné sur le terrain et aurait frappé d' "un coup de coude dans la mâchoire" cette jeune femme âgée de 19 ans qui arbitre depuis plusieurs années.
 

Les joueurs suspendus à titre conservatoire

Le président de la JS Pontoisienne affirme avoir pris mesure de l'ampleur de l'affaire lors de la publication de cet article. "Nous sommes catégoriques, nous allons les radier, ils ne feront plus partie de notre staff, ni l'éducateur ni le joueur. On ne cautionne pas du tout ce qu'il s'est passé si les faits sont avérés", explique Raoul Lewate, président du club qui indique prendre ces mesures "à titre conservatoire, le temps d'avoir plus d'éléments".

Un coup dur pour ce club de 300 licenciés qui compte des joueurs dans de nombreuses catégories : "Nous avons une équipe féminine, mon staff, mon comité directeur et exécutif, ne sont composés que de femmes. Ce n'est pas chez nous que l'on est censé voir ces faits. Nous sommes très peinés, on a présenté nos excuses à l'arbitre si les faits sont avérés", poursuit le dirigeant de la JS Pontoisienne.

Raoul Lewate espère ainsi que l'affaire ne viendra pas saper leur travail mené depuis 17 ans auprès des jeunes : "Je ne peux pas les excuser. Ils ont fait une erreur, j'espère qu'ils vont comprendre et mesurer l'ampleur que cela a pris et qu'à l'avenir ils auront plus de respect."

<<< FLASH INFO>>> Suite aux récents événements qui se sont produits lors de la rencontre JS Pontoisienne - Ecouen le...

Publiée par JS Pontoisienne sur Dimanche 18 octobre 2020
 

"Continuer à envoyer des arbitres féminins et masculins"

L'affaire est désormais entre les mains de la commission du District 95 qui dispose encore d'une semaine pour recueillir des éléments et entendre les différentes parties et témoins.

"C'est une situation qui me peine vis-à-vis de l'arbitrage et pour cette jeune demoiselle qui a trois ans d'arbitrage. On la soutient et on lui apporte toute l'aide que l'on peut dans ses démarches", affirme Claude Delforge, président du district du Val d'Oise de Football.

C'est la première fois en quatre ans qu'un arbitre a été agressé sur notre territoire

Claude Delforge

Un fait isolé selon ce dirigeant, "c'est la première fois en quatre ans qu'un arbitre a été agressé sur notre territoire".

Il assure ainsi avoir pris la décision de "continuer à envoyer des arbitres masculins et féminins sur les matchs de la JS Pontoisienne", et de ne pas avoir pour l'instant de difficultés à recruter des arbitres bénévoles dans un département qui en compte 400.
 

Violence contre les jeunes arbitres

Du côté de l’Union Nationale des Arbitres de Football (UNAF), son président, Jean-Jacques Demarez "déplore les agressions contre le corps arbitral." "Mon ressenti est clair et net : c'est inadmissible que l'on touche à un arbitre. Cela arrive sur un match, il ne faut pas faire de généralités. L'UNAF fait confiance aux instances pour essayer d'endiguer ce phénomène de violence".

On développe le football et l'arbitrage féminin, et c'est sûr et certain que cela va refroidir beaucoup de monde. L'image du football est ruinée par ces comportements de voyou.

Jean-Jacques Demarez

Si selon lui, le nombre rapporté d'agressions comparé au nombre de matchs joués reste faible, "cela reste un cas de trop. Ce qui se développe de plus en plus, c'est la violence contre les jeunes arbitres. Et c'est un drame, cela ruine notre travail au quotidien. On développe le football et l'arbitrage féminin, et c'est sûr et certain que cela va refroidir beaucoup de monde. L'image du football est ruinée par ces comportements de voyous".

Quant à la jeune femme, le président du district du Val d'Oise, Claude Delforge, voit en elle "une jeune demoiselle prometteuse dans le milieu de l'arbitrage" qui souhaite continuer poursuivre sa passion d'arbitrer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport violence faits divers