“Plus jamais ça” : après le suicide d'un enseignant dans le Val d'Oise, une marche blanche exceptionnelle

Une marche blanche a rassemblé environ 2.000 personnes en hommage à Jean Willot. / © Tania Watine - France 3 Paris - Île-de-France
Une marche blanche a rassemblé environ 2.000 personnes en hommage à Jean Willot. / © Tania Watine - France 3 Paris - Île-de-France

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues d'Eaubonne (Val d'Oise) lors d'une marche blanche en l'honneur de Jean Willot, un enseignant qui s'est suicidé le 15 mars dernier. Une mère d'élève avait porté plainte contre lui pour "violence aggravée sur mineur".

Par MT

Un cortège pour réhabiliter sa mémoire. Les proches de la famille de l'instituteur Jean Willot, décédé le 15 mars dernier, sont soulagés car les soutiens sont venus très nombreux ce dimanche 31 mars.

Plusieurs milliers de personnes ont convergé vers la place de l'Hôtel de Ville d'Eaubonne (Val d'Oise) sous le mot d'ordre "Plus jamais ça". Un rassemblement qui met en lumière le malaise de nombreux enseignants face à une remise en cause de leur autorité.
Après le suicide d'un enseignant dans le Val d'Oise, une marche blanche exceptionnelle
Intervenants : Louison, ancienne élève de Jean Willot; Carinne, enseignante du Val d'Oise; Marie-Pascale Malphettes, enseignante de CE1-CE2 - France 3 Paris - Île-de-France - Tania Watine, Isabelle Audin, Gaëlle Potet


Professeur connu pour sa gentillesse

Une plainte avait été déposée contre Jean Willot, 57 ans, professeur des écoles en CP dans cette ville du Val d'Oise par une mère d'un élève pour "violence aggravée sur mineur", mercredi 13 mars.

L'enseignant avait pris par le bras un enfant qui refusait de descendre d'un escalier le jour précédent selon le récit d'un professeur.

Apprenant cette plainte à son encontre et sa convocation par l'Inspection Académique, il était mis en arrêt maladie par son médecin. Vendredi 15 mars, son corps était découvert pendu dans la forêt de Montmorency.

Des collègues de Jean Willot témoignent de sa "gentillesse", sa "générosité", son "calme" et son caractère "souriant".

Lire l'ensemble du récit de l'affaire par Lucien Marboeuf, professeur des écoles, sur le blog "Instit humeur" de franceinfo:.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus