• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Créteil : “Tu me mets présent”... Un lycéen braque une professeure avec une arme

Une vidéo montrant un lycéen braquant une enseignante, à Créteil, tourne en boucle sur les réseaux sociaux. / © @DjeffChap
Une vidéo montrant un lycéen braquant une enseignante, à Créteil, tourne en boucle sur les réseaux sociaux. / © @DjeffChap

Une vidéo postée cette semaine sur les réseaux sociaux montre un jeune homme braquant une arme sur une adulte, dans une salle de classe. Il lui intime l'ordre de le marquer "présent". La vidéo a rapidement circulé sur Twitter. Une enquête a été ouverte.

Par France 3 Paris IDF/Emmanuel Tixier

Depuis vendredi, la vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux. On y voit un jeune homme pointer ce qui ressemble à une arme à feu sur une adulte, dans une salle de classe. 
"Tournez votre tête", l'entend-on dire à l'enseignante, assise devant une table. Quelques secondes plus tard, sur un autre plan de cette même scène, le lycéen s'est rapproché de la professeure et lui intime un ordre, le pistolet pointé à quelques centimètres de la tête. "Tu me mets absent", lui dit-il, avant de se reprendre : "Tu me mets présent." Pendant ce temps, un autre jeune homme fait deux doigts d'honneur à la caméra.
 

Violences avec arme

Depuis vendredi, la vidéo de 19 secondes avait été vue plus de 115.000 fois et partagée plusieurs centaines de fois sur Twitter, samedi matin. La scène a été filmée dans les murs du lycée Edouard-Branly, un établissement polyvalent de Créteil, dans le Val-de-Marne, confirme Didier Sablic, du syndicat SNEP FSU 94, qui parle de "faits extrêmement graves", mais de "faits isolés". C'est lors d'un cours de première professionnelle, en "prévention santé environnement", que la vidéo a été faite.

Quand vous faites face à une situation de ce type, c'est difficile de savoir comment réagir.

Sur la vidéo, la professeure braquée par cette arme réagit calmement. "Quand vous faites face à une situation de ce type, c'est difficile de savoir comment réagir. Il ne faut pas que la situation s'emballe", explique Didier Sablic, qui précise que le lycée Edouard-Branly, dans lequel il enseigne, reste "normalement tranquille". "Ce sont même des élèves qui nous ont prévenus de cet incident", ajoute-t-il.
Le lycée Edouard-Branly, à Créteil. / © France 3 Paris IDF/W. Van Qui
Le lycée Edouard-Branly, à Créteil. / © France 3 Paris IDF/W. Van Qui
Une enquête de police a été ouverte, et deux lycéens, l'un âgé de 16 ans, l'autre de 15 ans et demi, qui apparaissent à l'image, interpellés. Il s'agit du jeune homme qui braque l'enseignante, et du lycéen qui a introduit l'arme au sein de l'établissement. Leur garde à vue était toujours en cours samedi matin, selon le parquet de Créteil.

Le jeune homme ayant pointé l'arme sur l'enseignante a été déféré devant un juge pour enfants dimanche matin pour le chef de violences avec arme sur une personne chargée d'une mission de service public. Il a été mis en examen pour "violences ayant entraîné moins de huit jours d'ITT" et "violences aggravées", a-t-on appris dimanche après-midi.

Les faits se sont en effet déroulés dans un établissement scolaire, à l'encontre d'un enseignant et avec une arme, qui s'est toutefois avérée factice. Âgé de 15 ans et demi, le jeune homme mis en examen s'est vu imposer une mesure d'éloignement du Val-de-Marne, ainsi qu'une obligation de suivre un cursus de formation, dans le cadre de son contrôle judiciaire. Il risque jusqu'à trois ans et demi de prison.

L'arme introduite au sein du lycée étant factice, les charges pesant sur le jeune homme soupçonné de l'avoir introduite sont non avenues. Enfin, l'auteur de la vidéo restait toujours recherché dimanche soir.
 

Une plainte déposée

"Toutes les procédures sont lancées", explique l'enseignant, qui confirme que l'affaire n'en restera pas là. Une plainte a été déposée, et des mesures disciplinaires ont été prises contre les élèves concernés.

Samedi après-midi, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a réagi. "Je condamne avec fermeté les actes de menace envers un professeur advenus jeudi (...) Les mesures les plus rigoureuses ont été prises immédiatement : plainte déposée, garde à vue qui seront suivies des sanctions disciplinaires", écrit-il sur Twitter.


Plan d'actions "ambitieux"

"La sanctuarisation de l’espace scolaire est la base fondamentale de la vie scolaire et de tous les apprentissages. La force doit toujours être du côté du droit. Tout sera mis en œuvre pour qu’il en soit ainsi en permanence dans tous nos établissements", ont indiqué dimanche dans un communiqué commun Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, en vue du lancement d'un "plan d'actions ambitieux" sur cette question.

La force doit toujours être du côté du droit. Tout sera mis en œuvre pour qu’il en soit ainsi en permanence dans tous nos établissements.

La présidente LR du conseil régional d'Île-de-France Valérie Pécresse s'est quant à elle dite "scandalisée par ce nouvel acte de violence commis par des élèves mineurs (...) J'attends des sanctions exemplaires".
Samedi, en fin de soirée, le président de la République Emmanuel Macron a également réagi, sur Twitter : "Menacer un professeur est inacceptable", écrit le chef de l'Etat, qui indique avoir demandé aux ministres de l’Éducation nationale et de l’Intérieur "de prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits de nos écoles".
De son côté, dès samedi, le rectorat de l'académie de Créteil a fait part de son "indignation" et condamné ces actes, rapporte franceinfo.

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus