• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Du miniature au monumental : rencontre avec le sculpteur Denis Monfleur qui exposera au Grand Palais

Le sculpteur Denis Monfleur dans son atelier de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). / © Denis Monfleur
Le sculpteur Denis Monfleur dans son atelier de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). / © Denis Monfleur

"Révélations", la biennale internationale des métiers d'art et de création, se tiendra du 23 au 26 mai 2019 au Grand Palais. 24 artistes pour 24 pays. Pour la France, le sculpteur Denis Monfleur a été choisi cette année. Rencontre avec un artiste de taille à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne).

Par Didier Morel

Denis Monfleur considère qu'en "sculpture, il ne faut pas avoir d'échelle ou bien il faut en avoir. C'est à dire être capable de faire de la miniature au monumental. Donc cette dimension d'échelle en sculpture, c'est très important. Et ça l'est encore plus en pierre et en taille directe, car on a un élément de départ et on ne fait que réduire". Toujours réduire, jusqu'à la reconnaissance internationale.Un de ses monolithes en orgue basaltique a été choisi pour représenter la France au Grand Palais pour la 4e édition de Révélations, la biennale des Métiers d'Art & Création.

C'est une tête monumentale, car plus grande que le rapport 1. Elle pèse 250kg, le poids d'un piano.

Et lors de cette biennale, Denis Monfleur l'espère : sa sculpture devrait entrer en résonnance avec les œuvres actuelles les plus emblématiques. Une révélation de taille à ne pas manquer.

Un monolithe de grande taille à Paris

Devant la Gare d'Austerlitz, Denis Monfleur a installé en 2016 L'apporteur de l'Espoir. Une statue de 6 tonnes et 3 mètres de hauteur. C'est à ce jour le plus grand monolithe installé à Paris depuis un siècle. Une référence au 22 octobre 1936 qui a vu la création des "Brigades internationales", une armée de combattants volontaires venus de tous les pays pour aller se battre aux côtés des Républicains espagnols. Une référence aussi au roman d’André Malraux L’Espoir, qui retrace cette guerre.
L' Apporteur de l'Espoir de Denis Monfleur à la Gare d'Austerlitz installé en 2016 / © Didier Morel France 3 Paris IDF
L' Apporteur de l'Espoir de Denis Monfleur à la Gare d'Austerlitz installé en 2016 / © Didier Morel France 3 Paris IDF

De la lave pour sculpter

De la lave de Chambois pour tailler le visage de Marguerite de Navarre, la soeur de François 1er, surnommée "la dixième muse" en raison du rôle qu'elle a joué dans le domaine des Lettres au siècle de la Renaissance. Sa figure monumentale prend forme à Mazaye, au pied des volcans d'Auvergne.
Toute sa vie, Denis Monfleur s'est confronté aux minéraux les plus durs : basalte, granit, diorite. Avec lui, un caillou devient bouleversant. Cette sculpture et douze autres oeuvres majestueuses seront visibles cet été le long d'un circuit au fil des ruelles d'Issoire dans le Puy de Dôme.
Marguerite de Navarre sculptée par Denis Monfleur à Mazaye (Puy-de-Dôme) en Lave de Chambois. / © Denis Monfleur
Marguerite de Navarre sculptée par Denis Monfleur à Mazaye (Puy-de-Dôme) en Lave de Chambois. / © Denis Monfleur
Dans son atelier de Fontenay-sous-Bois, cet artiste discret sait se faire tendre comme la pierre. Denis Monfleur est un des rares sculpteurs à continuer la taille directe, la forme la plus ancienne de cet art, mais aussi la plus exigeante.

C'est difficile dans une tête monumentale de rendre un sentiment d'intime.

Depuis plusieurs décennies, Denis Monfleur s'attaque à ce qu'il appelle des "monumentales". Autant de figures qui aident à rester vertical.

Portrait du sculpteur Denis Monfleur dans son atelier
Denis Montfleur a son atelier à Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne. Dans ce reportage, un extrait de La vie dans la pierre, un film de C. Jousselin et G. Turrents - Oonops production. - France 3 Paris - Île-de-France - Didier Morel et Pierre Pachoud

A lire aussi

Sur le même sujet

5.000 petits Franciliens invités par le Secours populaire à profiter de la plage de Deauville

Les + Lus