• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Ils s'étaient bagarrés à l'aéroport d'Orly... 18 mois de prison avec sursis pour Booba et Kaaris

Les rappeurs Booba et Kaaris. / © Dominique FAGET, Loïc VENANCE / AFP
Les rappeurs Booba et Kaaris. / © Dominique FAGET, Loïc VENANCE / AFP

Les rappeurs Booba et Kaaris, qui s'étaient bagarrés dans une aérogare de l'aéroport d'Orly ont été condamnés mardi à 18 mois de prison avec sursis, ainsi qu'une amende de 50.000 euros. Une peine supérieure aux réquisitions.

Par France 3 Paris IDF/ET

Ils en étaient venus aux mains lors d'une violente bagarre dans une aérogare de l'aéroport d'Orly, l'été dernier... Les deux rappeurs Booba et Kaaris ont été condamnés mardi à une peine de 18 mois de prison avec sursis, assortie de 50.000 euros d'amende. La sanction, prononcée par le tribunal correctionnel de Créteil, est plus lourde que la peine qui avait été requise lors de la comparution des deux artistes.
Le 7 septembre dernier, le parquet avait en effet requis un an de prison avec sursis contre les deux rappeurs, qui en étaient venus aux mains, lors d'une bagarre largement relayée sur les réseaux sociaux. Booba, Kaaris et neuf personnes de leurs entourages respectifs étaient jugés pour "violences aggravées et vols en réunion". Des délits passibles de 10 ans de prison.
 

Duty-free dégradé et vols retardés

Le 1er août dernier, les entourages des deux rappeurs s'étaient croisés dans cette aérogare d'Orly, provoquant une violente bagarre. Des dégradations conséquentes avaient alors été causées dans une boutique de duty-free. Et des vols avaient même dus être retardés. Suite à cette rixe, les deux rappeurs avaient été placés en détention provisoire, dans l'attente de leur jugement. 
Entre l'audience, début septembre, et le jugement rendu ce mardi, le contrôle judiciaire, dont les deux principaux prévenus faisaient l'objet, avait toutefois été levé.
 

Pas de rappeurs, pas de fans au tribunal

Mais alors que les fans de Booba et de Kaaris avaient fait le déplacement en masse lors de l'audience, début septembre, l'absence des deux prévenus a refroidi les amateurs de rap ce mardi. Selon notre journaliste présente sur place, la "vie normale" du tribunal de grande instance de Créteil va pouvoir reprendre, les deux rappeurs n'ayant pas fait le déplacement pour entendre la décision de justice. Les fans non plus.

A lire aussi

Roissy : 14 ans après l’effondrement mortel du terminal 2E, quatre sociétés devant la justice

Les + Lus