• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Perquisition dans une mosquée de Villiers-sur-Marne

Perquisition dans une mosquée de Villiers-sur-Marne
Une perquisition a eu lieu mercredi matin dans une mosquée de Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. L'opération policière a commencé dès 7 heures 30, a confirmé la mairie, avec d'importants moyens déployés sur place.

Une perquisition a eu lieu mercredi matin dans une mosquée de Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. L'opération policière a commencé dès 7 heures 30, a confirmé la mairie, avec d'importants moyens déployés sur place.

Par France 3 Paris IDF

Une perquisition a lieu mercredi matin dans une mosquée de Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. L'opération policière a commencé dès 7 heures 30, a confirmé la mairie, avec d'importants moyens de la police nationale déployés sur place, dont une quarantaine de fonctionnaires de police.
La perquisition, qui était toujours en cours vers 10 heures 30, selon une source policière, s'est déroulée dans le calme, a précisé Jean-Michel Carigi, directeur de cabinet du maire de Villiers-sur-Marne. 
D'importants moyens de police, devant la mosquée Al-Islah, à Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. / © France 3 Paris IDF/M. Aubazac
D'importants moyens de police, devant la mosquée Al-Islah, à Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. / © France 3 Paris IDF/M. Aubazac

Présence d'une école coranique et travail non déclaré

L'opération de police administrative visait plus particulièrement, dans les murs de la mosquée Al-Islah, une école coranique, dont l'existence était "connue", a précisé le cabinet du maire. Selon une source policière, les forces de l'ordre enquêtent sur une filière de recrutement de candidats au djihad.

De son côté, la préfecture du Val-de-Marne explique que la perquisition a été diligentée en raison de soupçons de travail dissimulé planant sur la mosquée, l'école coranique n'ayant pas été déclarée.

Cette mosquée de Villiers-sur-Marne, restait placée sous surveillance. Le nom de la mosquée Al-Islah avait notamment été évoqué lors du procès de la filière jihadiste de Champigny-sur-Marne, au terme duquel 12 personnes ont été condamnées en avril 2016 par le tribunal correctionnel de Paris.

► LIRE aussi : Jusqu'à dix ans de prison dans l'affaire de la filière jihadiste de Champigny-sur-Marne

Le groupe s'était radicalisé en fréquentant Mustapha Mraoui, imam autoproclamé de la mosquée, soupçonné d'avoir rejoint les rangs du groupe Etat islamique. Plusieurs des jeunes condamnés en avril dernier ont fréquenté la mosquée Al-Islah, qui compte de 700 à 800 fidèles.

En juillet dernier, le domicile d'un individu fiché "S", qui fréquentait la mosquée Al-Islah, avait par ailleurs fait l'objet d'une perquisition.

A lire aussi

Sur le même sujet

La Marne en chansons

Les + Lus