"Je ne te prendrai pas toi et ta famille, sale juif", le chauffeur de taxi accusé d’antisémitisme condamné à 8 mois de prison avec sursis

Un chauffeur de taxi a été condamné lundi à huit mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir refusé de prendre en charge et proféré des menaces antisémites à une famille à son arrivée à l'aéroport d'Orly dans le Val-de-Marne. Le tribunal de Créteil l'a reconnu coupable de menaces de mort et de discrimination commises en raison de la religion.

"Je ne te prendrai pas toi et ta famille, sale juif", a lancé le 11 octobre dernier le chauffeur de taxi, selon les déclarations du père de cette famille, tout juste revenue d'Israël via Marrakech. Avant de revenir et de lancer "si je t'avais pris toi et ta famille dans mon taxi, je t'aurais égorgé toi, ta femme et tes enfants", rapportait encore la victime, qui n'a pas porté plainte par peur de représailles selon les avocats des associations représentées à l'audience.

Le chauffeur de taxi a nié les faits lors de l'audience, malgré les témoignages concordants de l'agent régulateur de taxis et d'un autre chauffeur qui a pris en charge la famille.

"Ce dossier repose quasi essentiellement sur la parole de (la victime) qui n'est pas présente aujourd'hui, ce que je déplore", a commenté la procureure lors de ses réquisitions. "Mais pourquoi (la victime) serait allée dénoncer ce genre de faits si ça ne s'était pas passé ?", a interrogé le ministère public.

L'audience, qui s'est déroulée dans une salle comble et en présence d'associations - dont la Licra, seule partie civile reconnue - n'a pas permis d'éclaircir pourquoi les versions des parties différaient tant.

Le chauffeur de taxi assure que l'altercation est survenue parce que la victime était "pressée", qu'elle l'aurait insultée et lui aurait adressé des gestes vulgaires. "Les faits sont ultra-constitués : la question qui se pose est "quelle doit être notre attitude face à cette recrudescence d'actes antisémites ?", a tonné Me Franck Serfati, avocat de l'Organisation juive européenne.

Des faits commis à l’aéroport d’Orly le 11 octobre 2023

De par sa proximité avec l'attaque sanglante du Hamas le 7 octobre, le dossier a revêtu dès son origine un caractère médiatique et sensible. A cette date, des centaines de combattants du Hamas avaient infiltré le sud d'Israël depuis la bande de Gaza, menant une attaque, d'une violence jamais vue depuis la création d'Israël en 1948. En représailles, Israël avait déclaré une guerre pour "anéantir " le Hamas, déclenchant d'intenses bombardements de la bande de Gaza.

"Il y a dû avoir un effet d'engouement (du prévenu) avec ce qu'il a dû regarder à la télévision, des scènes de violences abominables qui ont dû influencer ses propos", a supposé l'avocate de la Licra lors de sa plaidoirie. "Les réquisitions et les parties civiles essayent de faire écho à cette situation horrible, et de montrer (le prévenu) comme l'illustration de cet antisémitisme", a plaidé l'avocat du prévenu, Me Boris Rosenthal, qui a dit "refuser de succomber à la tension" liée au contexte. La violence du Hamas le 7 octobre "n'est pas le sujet aujourd'hui", a-t-il rappelé.

"Les communautés juives françaises ont peur, on a peur, c'est vrai", a poursuivi l'avocat, notant lui aussi les actes et les mots antisémites "décuplés" depuis l'attaque du Hamas. Mais il a exhorté le tribunal à ne pas faire du dossier "une affaire sociétale" plutôt que "pénale". Son client a également été condamné à l'inéligibilité pendant trois ans et à effectuer un stage de citoyenneté. Le tribunal ne lui a cependant pas interdit d'exercer sa profession, comme requis par le ministère public.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité