• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Val-de-Marne – A Choisy-le roi, le calvaire des habitants d'une résidence appartenant à une filiale de la SNCF

Des habitants dénoncent les dégradations dans leurs immeubles appartenant à une filiale de la SNCF. / © France 3 Paris - Île-de-France
Des habitants dénoncent les dégradations dans leurs immeubles appartenant à une filiale de la SNCF. / © France 3 Paris - Île-de-France

Des locataires d'une résidence sociale se mobilisent pour protester contre la dégradation de leurs immeubles à Choisy-le-Roi dans le quartier Lugo. Les édifices appartiennent à une filiale de la SNCF.

Par Floriane Olivier avec MT

Dès que l'on entre dans la cour de la résidence, le mauvais état extérieur saute aux yeux : les revêtements sont dégradés, sans parler de la saleté sur les murs de ces immeubles datant des années 1950. "On a été réhabilités en 1988 donc cela fait 30 ans, et depuis, rien a été fait, pas un coup de pinceau, pas un coup de peinture, rien", se désespère Michel Moro, président de l'amicale des locataires cnl Lugo Sablière.
Dans le hall d'entrée, la situation est pire. Deux mois que l'ascenseur est en panne. Limba Mboko, locataire du troisième étage et handicapé, doit une nouvelle fois monter les escaliers. Un calvaire quotidien : "Quand je monte, je suis obligée de ne plus descendre parce que je suis seul. Vous voyez mon cas c'est horrible et on paie et tout ça !"
 

Des logements humides

Plus haut dans l'immeuble les locataires font face à d'autres problèmes. Chez la famille Zerrouki qui habite au neuvième et dernier étage, une infiltration d'eau de pluie il y a deux mois a provoqué des moisissures dans la chambre des enfants.

"Le médecin nous a dit que s'il existait une possibilité de changer d'appartement, ce serait mieux pour notre santé. Mais j'ai envoyé des emails, ils ne m'ont même pas répondu", regrette Smain Zerrouki.
Contacté, le bailleur, icf la sablière (une filiale de la SNCF), indique que des discussions sont toujours en cours avec la mairie de Choisy et un promoteur immobilier. Deux options : démolir et reconstruire ou réhabiliter. Les locataires eux s'impatientent et espèrent une décision rapide.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus