Val-de-Marne : prison ferme pour quatre jeunes hommes accusés de proxénétisme aggravé

Quatre jeunes hommes ont été condamnés mercredi par le tribunal de Créteil à de la prison ferme pour avoir organisé la prostitution de cinq jeunes femmes dont deux mineures. / © Christophe SIMON / AFP
Quatre jeunes hommes ont été condamnés mercredi par le tribunal de Créteil à de la prison ferme pour avoir organisé la prostitution de cinq jeunes femmes dont deux mineures. / © Christophe SIMON / AFP

Pour avoir organisé et facilité la prostitution de cinq jeunes femmes, dont deux mineures, d'avril à juillet, quatre jeunes hommes ont écopé mercredi de six à deux ans de prison ferme, au tribunal de Créteil, dans le Val-de-Marne.

Par France 3 Paris - IDF avec AFP

Quatre jeunes hommes ont été condamnés à des peines allant de six mois à deux ans de prison ferme ce mercredi à Créteil pour avoir organisé et facilité d'avril à juillet la prostitution de cinq jeunes femmes, dont deux mineures.

L'enquête commence lorsqu'une jeune femme appelle début juillet la police pour violences lors d'une dispute dans un appartement de Champigny-sur-Marne.

Sur place, les enquêteurs découvrent un appartement de trois pièces "particulièrement sale", des matelas à même le sol et deux sacs poubelle remplis de préservatifs usagés, de lingettes corporelles et de tubes de lubrifiants vides.

Un "plan sous entre filles"'

Les quatre jeunes hommes présents sur les lieux, âgés de 19 à 24 ans, sont interpellés et la parole des cinq femmes recueillie. Absentes à l'audience, elles ont raconté aux enquêteurs être entrées en contact via le réseau social Instagram avec un compte nommé "Plan sous entre filles".

Arrivées à l'appartement, elles étaient amenées à se prostituer, certaines connaissant la raison de leur présence, d'autres "convaincues" par l'un des prévenus "que c'était le meilleur moyen de gagner de l'argent".

Accusés d'avoir organisé et géré le réseau de prostitution, ils ont reconnu à la barre avoir été présents à l'appartement, principalement pour "surveiller". Deux ont avoué avoir posté des annonces sur les sites Sexemodel et Wannonces, l'un reconnaissant également avoir perçu l'argent des passes. Mais, selon eux, ils passaient surtout leur temps dans l'une des chambres à "fumer la chicha".

"Je regrette pour les filles, je m'excuse, j'étais inconscient, la détention m'a fait réfléchir", a confié un prévenu de 19 ans qui percevait l'argent des passes et a reconnu avoir posté des annonces. Il est resté prostré tout au long du procès, comme ses deux co-prévenus dans le box.

"Il y a quelqu'un qui a organisé tout cela et on n'a pas voulu le chercher"

Le tribunal correctionnel de Créteil l'a condamné, ainsi qu'un complice de 24 ans, soupçonné d'être à la tête de l'organisation, à trois ans de prison, dont un an de sursis avec mise à l'épreuve.

Un troisième prévenu de 21 ans a écopé de deux ans d'emprisonnement, dont un de sursis. Le dernier prévenu, seul à comparaître libre et soupçonné d'avoir posté des annonces en ligne, a été condamné à deux ans avec 18 mois de sursis, sans mandat de dépôt. 

Tous ont l'obligation d'indemniser les victimes et l'interdiction d'entrer en contact avec elles. Pour le conseil d'un des prévenus, Maître Karim Morand-Lahouazi, "il y a quelqu'un qui a organisé tout cela et on n'a pas voulu le chercher". Durant sa plaidoirie, il a mis en avant plusieurs zones d'ombre du dossier notamment l'implication d'un certain "Bruno", dénoncé par plusieurs prévenus comme la personne qui avait organisé ce réseau de prostitution en premier lieu.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un rassemblement de soutien pour Mathieu Hillaire

Les + Lus