VIDEO. “K-Shock” : la culture K-pop au rythme des bulles

Dans "K-Shock", Alice, une jeune Française se rend en Corée-du-Sud afin de rencontrer ses idoles « Hallyu ». / © France 3 Paris IDF
Dans "K-Shock", Alice, une jeune Française se rend en Corée-du-Sud afin de rencontrer ses idoles « Hallyu ». / © France 3 Paris IDF

Christelle Pécout, née en Corée puis adoptée par des parents français, présente son pays d’origine à travers la K-pop dans sa bande dessinée "K-Shock". L'histoire : Alice, jeune française s’y rend afin de rencontrer ses idoles Hallyu, la culture pop sud-coréenne.

Par Mélissa Genevois

Déhanchés de silhouettes galbées au rythme des basses, électro pop et bad boys torse nus aux pectoraux saillants chevauchants de grosses voitures. Avec la bande dessinée "K-Shock", la Corée-du-Sud fait une entrée remarquée sur le dancefloor des boys band.
Clip BIGBANG - 뱅뱅뱅 (BANG BANG BANG)
L’Hallyu, a permis à la la K-pop, la Korea pop, de se frayer un chemin entre le légendaire hip-hop américain et la célèbre culture japonaise : « C’est Séoul actuellement qui est tendance, c’est là-bas que les jeunes ont envie d’aller, même si le Japon reste encore très à la mode », souligne Christelle.

Bien qu’ayant été adoptée très jeune, l’auteure d’une quarantaine d’années reste curieuse quant à son pays d’origine : « La bande dessinée était un argument pour renvenir à Séoul, pour voir à quoi ressemble ce pays d’où je suis originaire […] pour essayer de comprendre quelles étaient mes racines » explique t-elle.

"K-Shock", c’est aussi, et surtout, l’histoire d’une jeune Française expatriée à la recherche de ses idoles. Selon Christelle, ce n’est pas que de la fiction : « Il y a beaucoup de filles qui sont fans en France et qui rêvent de faire comme mon héroïne : aller en Corée-du-Sud, vivre le quotidien et respirer le même air que leurs idoles. »

Un panorama social du pays

Plus qu’une histoire de boys band, "K-Shock" propose un panorama de la société coréenne et de son essor. Afin de signer son œuvre, Christelle part d’un principe simple : « Les Français ne connaissent pas la Corée-du-Sud. Ils connaissent surtout Psy ou une grande marque de téléphones portables, et ça s’arrête là en général. »

Son héroïne, Alice, affronte les travers du pays au fil des pages : les atteintes aux droits des femmes le racisme… Autant de points mis en lumière par la dessinatrice qui porte un regard critique sur son pays d’origine.

Entre cheveux roses décolorés, danseuses à la plastique retouchée et boysband maquillés, on pourrait s’y méprendre. La K-pop a tout d’une grande et ses idoles sont prêts à nous le montrer.

VOIR le reportage (D. Morel/M. Genevois)
"K-Shock" : la culture K-pop au rythme des bulles
Christelle Pécout, née en Corée puis adoptée par des parents français, présente son pays d’origine à travers la K-pop dans sa bande dessinée "K-Shock". L'histoire : Alice, jeune française s’y rend afin de rencontrer ses idoles Hallyu, la culture pop sud-coréenne.

 

Adoption en Corée du sud : toute une histoire !

Au lendemain de la guerre (1950-1953), le gouvernement sud-coréen a encouragé les adoptions d'enfants, notamment par des couples occidentaux. Cependant, et malgré son statut de douzième puissance économique mondiale, cette vague d'adoptions a continué jusque dans les années 2000. Aujourd'hui, ce sont plus de 150.000 Sud-Coréens qui ont été adoptés à l'étranger. Ainsi, certaines personnalités telles que Fleur Pellerin ou encore Jean-Vincent Placé ont, tout jeunes, quitté le "pays du Matin calme" pour l'Hexagone.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus