VIDEO. Les années sombres de la Cinquième République racontées en images

Couverture de "Cher pays de notre enfance", d'Etienne Davodeau et Benoît Collombat (Futuropolis, 2015). / © Futuropolis 2015
Couverture de "Cher pays de notre enfance", d'Etienne Davodeau et Benoît Collombat (Futuropolis, 2015). / © Futuropolis 2015

Benoît Collombat, journaliste sur France Inter et Etienne Davodeau, dessinateur, ont réussi le pari d’expliquer l’impénétrable, de dénouer l’enchevêtré. Ce défi est relevé par leur bande dessinée : Cher pays de notre enfance. Une enquête sur les méandres de l’affaire Boulin.

Par Mélissa Genevois

Le journaliste Benoît Collombat et le dessinateur Etienne Davodeau s’infiltrent dans cette affaire au travers d’une BD documentaire au titre surprenant "Cher pays de notre enfance" (édition Futuropolis), une référence aux années 70, souvent présentées comme enchantées.

Une sale histoire, c’est en ces termes que nous pourrions unanimement définir l’affaire Boulin. Nous sommes en 1979, il y a tout juste 36 ans. Robert Boulin, alors ministre du Travail et de la participation sous le gouvernement Raymond Barre, est retrouvé noyé dans 50 centimètres d’eau à l’étang de Rambouillet, dans les Yvelines, après avoir absorbé du Valium. Une enquête s’ouvre, laisse place à une autopsie, puis une contre-autopsie et les témoins se succèdent à la barre. Après un non-lieu en 1991, le dossier sera clos en 1992.

► VOIR le reportage (D. Morel/M. Genevois)
Une enquête sur l'affaire Boulin en bande dessinée
Le tribunal de grande instance de Versailles a ouvert, le 4 août, « une nouvelle information judiciaire pour l?arrestation, l?enlèvement et la séquestration suivis de la mort de Robert Boulin et son assassinat, commis les 29 et 30 octobre 1979".
Depuis ce jour, la fille de l’ancien ministre, Fabienne Boulin-Burgeat, convaincue d’un complot politique et de l’assassinat de son père par le SAC (service d’action civique – milice de mouvance gaulliste dissoute en 1982), se bat pour que le dossier soit rouvert. Après deux refus, dont le plus récent en juin 2010, chose extrêmement rare, la justice décide de rouvrir le dossier le 4 août dernier, suite à de nouveaux témoignages apportés par le journaliste d’investigation Benoit Collombat sur l’antenne de France Inter.

« D’accord ça se passait en 79, mais ça se passe aussi maintenant »

La partie obscure et violente du parti gaulliste réside en trois lettres S.A.C., comme "Service d’action civique", organisation créée par Charles Pasqua (président du conseil général des Hauts-de-Seine jusqu’en 2004), avec Jacques Foccart et Achille Perreti (maire de Neuilly-sur-Seine jusqu’en 1983). Cette milice a non seulement fait régner la peur sur les années 80 pour quiconque, journalistes y compris, se mettait en travers de leur chemin ou essayait d’entrer dans les détails des histoires les concernant de près ou de loin. Mais cette pression pèse encore aujourd’hui sur des témoins qui ne veulent pas toujours se livrer. C’est ainsi qu’il est possible de rencontrer, dans leur livre-enquête, des personnages qui changent de visage au fil des pages.
Extrait de "Cher pays de mon enfance" (Futuropolis, 2015). / © Futuropolis 2015
Extrait de "Cher pays de mon enfance" (Futuropolis, 2015). / © Futuropolis 2015
Dans cette enquête dessinée, c’est l’envers du décor, les années de plomb, une période sombre de l’histoire de France qu’ils mettent en lumière. De vignettes en vignettes, sur 224 pages, les auteurs se mettent en scène dans leur rencontre avec les acteurs et témoins de cette intrigue, encore vivants, afin de dénouer et éclairer l’affaire qui a été et reste la plus grosse zone d’ombre de la Cinquième République.

► Pour aller plus loin : Mediapart - "Affaire Boulin : un "Canard" le bec dans l'eau"

Sur le même sujet

Jacques Chirac et les agriculteurs

Les + Lus