Vols de cartes SIM dans les ascenseurs : "un fléau" alerte le co-fondateur du collectif Plus Sans Ascenseurs

De plus en plus immeubles d’Île-de-France sont touchés par les vols de cartes SIM dans les ascenseurs. Fouad Ben Ahmed, l’un des co-fondateurs du collectif Plus Sans Ascenseurs souligne un phénomène qui se développe depuis quelques mois. Il dénonce l'absence de réaction des pouvoirs publics.

Cela a commencé par des petits vols dans les Hauts-de-Seine, pour ensuite se généraliser en Île-de-France.” Celui qui a lancé SAMV, une entreprise de solutions d'assistance à “mobilité verticale” pour pallier les pannes d’ascenseurs, ne cache pas son mécontentement. “Que cela soit les OPH – Offices publics de l’habitat, les collectivités ou le gouvernement, les pouvoirs publics doivent absolument se saisir de cette problématique pour enrayer ce fléau. Cela ne va pas s’arrêter comme ça.

L'objectif de ces voleurs avec ces cartes SIM, qui permettent de passer un appel d'urgence depuis l'ascenseur est de les utiliser pour envoyer plusieurs milliers de SMS frauduleux.

Fouad Ben Ahmed dénonce des voleurs “qui pour quelques données récupérées” avec ces cartes SIM, ne réalisent pas “mettre à l’arrêt des immeubles où il y a souvent des personnes en situation de handicap”. “L’ascenseur est le premier moyen de transport en France avec 100 millions de trajets par jour”, martèle-t-il. Avant d’ajouter, “cela a des conséquences terribles sur les locataires”.

"L’ascenseur est le premier moyen de transport en France avec 100 millions de trajets par jour"

Fouad Ben Ahmed

Président de SAMV et co-fondateur du collectif Plus Sans Ascenseurs

Pour Fouad Ben Ahmed, également militant associatif et co-fondateur du collectif Plus Sans Ascenseurs, ces vols s’insèrent également dans un contexte de faible production de cartes SIM dans le monde. “Il y a eu une forte demande de fabrication de cartes SIM, à tel point qu’il y a eu des ruptures de stock”, assure-t-il. “Il y a une différence entre une panne qui va durer entre deux et trois jours et une – liée au vol de cartes SIM – qui va durer plusieurs mois, ce qui est considérable”, argue-t-il. "Pour une panne [classique], on a des délais de réparation rapides avec une obligation de l'ascensoriste."

Quant aux professionnels ascensoristes, la Fédération des ascenseurs assure auprès de France 3 Paris Île-de-France que les sociétés de maintenance "sont en contact avec leurs opérateurs téléphoniques pour assurer un stock plus conséquent de cartes SIM, pour mieux se préparer contre d'autres vols potentiels".

"Les sociétés de maintenance sont en contact avec leurs opérateurs téléphoniques pour assurer un stock plus conséquent de cartes SIM"

Fédération des ascenseurs

à France 3 Paris Île-de-France

Des vols qui paralysent les résidences d'habitation

Or, ces vols sont loin d’être comparables à de simples pannes d’ascenseurs pour ce militant associatif, également adjoint au maire de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Pour un immeuble équipé de deux ascenseurs, ces individus dérobent généralement les cartes téléphoniques des deux ascenseurs. "Ils volent tout, c'est bien différent d'une panne classique, indique Fouad Ben Ahmed. Un immeuble qui a deux ascenseurs, s'il y a une panne, il y a toujours un ascenseur qui prend le relais sur l'autre. Là, nous sommes sur une situation où il n'y a plus du tout d'ascenseur".

"Il y a une différence entre une panne qui va durer entre deux et trois jours et une – liée au vol de cartes SIM – qui va durer plusieurs mois"

Fouad Ben Ahmed

Président de SAMV et co-fondateur du collectif Plus Sans Ascenseurs

Cela fait six mois que nous sommes au courant de ça. Ce n’est pas nouveau”, insiste Fouad Ben Ahmed. “Le collectif avait transmis une note interne au ministre du Logement de l’époque sur l’accroissement de ces vols. Il n’y a pas eu de réponse”, déplore-t-il. “Il devrait y avoir une aide de l’État pour pouvoir assurer la sécurisation de l’ensemble des cartes SIM du patrimoine public ou privé. Tout le monde est touché", ajoute-t-il, avant de conclure : “les techniciens ascensoristes et les bailleurs sont en train de mettre en place des systèmes anti-vol”.

Les SMS frauduleux envoyés par les individus ayant dérobé les cartes SIM sont ainsi facturés aux propriétaires des ascenseurs. "Ce sont des milliers de SMS qui sont envoyés. On a une facture de plus de 62 000 euros pour un seul ascenseur. Ce sont des sommes astronomiques", regrette Jean-Baptiste Paturet, directeur général de l'Office public de l'habitat (OPH) d'Aubervilliers, interrogé par France Télévisions. Ce bailleur a trouvé la parade. Il équipe désormais ses ascenseurs de cartes SIM bloquées à 50 SMS maximum.

"Ce sont des milliers de SMS qui sont envoyés. On a une facture de plus de 62 000 euros pour un seul ascenseur. Ce sont des sommes astronomiques"

Jean-Baptiste Paturet

Directeur général de l'OPH d'Aubervilliers

Cela peut être une option pérenne. Avant ces vols, cela ne venait à l’esprit de personne qu’il fallait bloquer les cartes SIM de ces ascenseurs", note Fouad Ben Ahmed. Mais pour ce spécialiste des "mobilités verticales", la mise en place de ces mesures arrive tardivement. Il déplore un effet qui ne se révélera pas à court terme. Le problème que l’on va rencontrer, le temps que l’ensemble des ascenseurs soient équipés de cartes SIM bloquées et que les voleurs se rendent compte que ce n’est plus utilisable, ce n’est pas pour tout de suite. Cela va nous pénaliser pendant un certain temps", conclut-il".

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité