Législatives 2022 : le camp présidentiel va-t-il conserver son hégémonie dans les Yvelines ?

En 2017, la majorité présidentielle avait emporté 11 sièges sur 12 possibles dans ce département traditionnellement favorable à la droite. A l’approche des législatives des 12 et 19 juin, la coalition macroniste parviendra-t-elle à maintenir ses positions ?

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les Républicains et la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) vont-ils empêcher une nouvelle vague macroniste dans les Yvelines ? Il y a cinq ans, 11 des 12 députés élus dans le département représentaient la majorité présidentielle. La droite, qui n’avait remporté qu’un siège en 2017, en a depuis gagné un second, à l’issue de la législative partielle organisée en 2020 dans la 11e circonscription.

Les Yvelines comptent 12 circonscriptions. Pour rappel, voici les députés qui siègent actuellement à l’Assemblée :

  • Didier Baichère : LREM
  • Jean-Noël Barrot : MODEM et Démocrates apparentés
  • Philippe Benassaya (depuis la législative partielle organisée en 2020, suite à la démission de la députée LREM Nadia Hai) : LR
  • Aurore Bergé : LREM
  • Yaël Braun-Pivet : LREM
  • Florence Granjus : LREM
  • Marie Lebec : LREM
  • Bruno Millienne : MODEM et Démocrates apparentés
  • Béatrice Piron : LREM
  • Natalia Pouzyreff : LREM
  • Michèle de Vaucouleurs : MODEM et Démocrates apparentés
  • Michel Vialay : LR

Dans la 5e circonscription, qui regroupe Maisons-Laffitte et Sartrouville, Yaël Braun-Pivet (Renaissance) parviendra-t-elle à être réélue ? La député sortante, récemment nommée ministre des Outre-mer dans le gouvernement d’Élisabeth Borne, devrait quitter son poste en cas de défaite. Face à la candidate Ensemble, Alexandra Dublanche (LR), vice-présidente du conseil régional, espère reconquérir cette circonscription perdue par la droite en 2017.

"Il y a un peu tromperie sur la marchandise, estime Alexandra Dublanche, à propos de la campagne de Yaël Braun-Pivet. Il y a un manque total de transparence. Elle fait comme si de rien n’était, alors que le vrai candidat, c’est son suppléant. On a l’impression qu’elle se cache." La candidate LR espère "faire revenir le vote utile vers un vote de conviction", afin de "faire pencher la politique du gouvernement à droite" et "créer une barrière étanche à l’extrême-gauche". La Nupes a, elle, investi Sophie Thévenet (LFI).

Autre personnalité passée par le gouvernement : Nadia Hai (Renaissance), ex-ministre déléguée à la Ville, en poste jusqu’au 20 mai dernier. Élue députée en 2017 dans la 11e circonscription des Yvelines, elle a démissionné de son mandat en juillet 2020 suite à sa nomination au gouvernement de Jean Castex, pour éviter que son suppléant Moussa Ouarouss - mis en examen en octobre 2019 dans une affaire de trafic de stupéfiants - ne puisse lui succéder. De quoi provoquer une législative partielle, remportée par la droite.

Mais Nadia Hai est candidate cette année dans un autre secteur : la 7e circonscription, à  Conflans-Sainte-Honorine, où la députée sortante Michèle de Vaucouleurs (MoDem) ne se représente pas. Un changement de secteur pour espérer l’emporter ? "Je reste chez moi, dans les Yvelines, répond Nadia Hai. Je suis originaire de Trappes, je ne m’en suis jamais cachée… Pour 2022, le choix était très clair : soit retourner sur mes terres de prédilections, ça aurait été plus confortable ; soit être utile en apportant mes compétences et mes réseaux, pour les mettre à profit dans la 7e circonscription. C'est un choix étudié, ce n’est pas le fruit du hasard."

"Je ne dis pas qu’on part confiant, il ne faut jamais partir gagnant, tout est possible, mais c’est vrai que ce sont des territoires qui nous sont plutôt favorables. Je ne sais pas si on réussira le 'grand chelem' comme en 2017, mais on va tout faire pour maintenir nos circonscriptions, voire partir à la conquête des deux qui nous manquent", explique la candidate.

"L’ambition de la droite et du centre et de désigner des candidats implantés sur le territoire"

Alors que la Nupes a investi Michèle Christophoul (PS), Laurent Brosse (DVD), maire de Conflans-Sainte-Honorine, représente un espoir de victoire pour LR. "L’ambition de la droite et du centre est de désigner des candidats implantés sur le territoire. Des candidats qui vivent dans leur circonscription, avec une bonne maîtrise des enjeux locaux, et qui échangent avec les administrés pour en tirer des idées à porter au niveau national", affirme l’édile.

Dans la 10e circonscription, qui englobe notamment Rambouillet et Saint-Arnoult, la députée sortante Aurore Bergé (Renaissance) semble favorite. Au premier tour de la présidentielle, Emmanuel Macron a réuni 32,9% des voix dans ce secteur. Pour ces législatives, la droite a investi Anne Cabrit (LR), et la Nupes Cédric Briolais (LFI).

Autre secteur dans lequel le camp présidentiel semble favori : la 12e circonscription, qui inclut le canton de Poissy-Sud. Alors que Florence Granjus (Renaissance) ne se représente pas, Ensemble a investi Karl Olive (Renaissance). Le maire de Poissy candidate pour la première fois à l’Assemblée nationale. Face à lui, la droite est représentée par François Moutot (LR), la Nupes par Edwin Legris (Génération Ecologie), et l’extrême-droite par Jean-Louis Mettelet (RN). Dans cette circonscription, Emmanuel Macron a obtenu 34,19 % des votes exprimés au premier tour de la présidentielle.

Dans la 4e circonscription, à Chatou, Houilles et Marly-le-Roi, la droite mise sur un candidat médiatique : Charles Consigny, avocat et ancien chroniqueur des Grandes Gueules sur RMC et chez Laurent Ruquier sur France 2. Le polémiste avait déjà soutenu Nicolas Sarkozy en 2012, et Valérie Pécresse lors de la dernière présidentielle. A noter qu’au premier tour, Emmanuel Macron a rassemblé 39,64 % des voix dans ce secteur des Yvelines. Marie Lebec (Renaissance), la députée sortante, semble ainsi favorite. La Nupes a, elle, investi Céline Bourdon (LFI) et le RN Sophie Lelandais.

A Mantes-la-Jolie, une candidature Ensemble contre l’influence de Pierre Bédier

Au-delà de ses espoirs de reconquête, la droite compte aussi conserver ses deux sièges actuels. Dans la 8e circonscription, qui concerne Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville et Limay, le député sortant Michel Vialay (LR) est candidat à sa propre succession. "Monsieur Macron a eu une majorité pendant cinq ans et il n’a pris l’écoute de personne. Y compris parfois de ses propres amis", dénonce l’élu, qui pointe du doigt un "quinquennat calamiteux".

Le parti présidentiel mise de son côté sur Edwige Hervieux (Renaissance). Cette dernière est présente sur la liste de l’actuel maire de Mantes-la-Jolie, Raphaël Cognet (DVD). Tout comme l’édile, réélu dès le premier tour en mai dernier, elle s’oppose à l’influence de Pierre Bédier, le président LR du Département. "Ça fait partie du fief de Pierre Bédier, aussi. Et la manière exemplaire dont on a gagné ces municipales, avec beaucoup de probité, je dirais qu’on estime pouvoir faire la même chose avec les législatives", avance Edwige Hervieux.

L’extrême-droite va également tenter d’accéder au second tour dans ce secteur, avec Cyril Nauth (RN), l’ancien maire de Mantes-la-Ville. "Michel Vialay est soutenu par Pierre Bédier parce que c’est l’un de ses proches. Il a été maire de Mantes-la-Jolie grâce à Pierre Bédier. Il est un bédiériste. Je crois que c’est quelqu’un qui n’a aucune conviction, il est là parce que Pierre Bédier l’a bien voulu", affirme Cyril Nauth.

La Nupes, qui a investi Benjamin Lucas (Génération.s), un proche de Benoît Hamon, peut espérer gagner : dans cette 8e circonscription, conquise par la gauche aux législatives de 2012, Jean-Luc Mélenchon a obtenu 37,90 % des voix au premier tour de la présidentielle cette année. "Il y a la volonté qu’on ne subisse pas la politique d’Emmanuel Macron, sa retraite à 65 ans, son mépris et sa brutalité permanente pour les citoyennes et les citoyens. Donc il y a une vraie volonté de changement. Et c’est notre responsabilité de la porter au pouvoir dès les 12 et 19 juin", indique Benjamin Lucas.

Autre secteur qui a largement voté en faveur de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle, avec 33,05 % des voix : la 11e circonscription, à Trappes et Saint-Cyr-l'École. La Nupes y a investi William Martinet (LFI), ancien président du syndicat étudiant Unef. En 2012, la gauche avait réussi à gagner un siège de député dans ce territoire, avec l’élection de Benoît Hamon.

A droite, le député sortant Philippe Benassaya (LR), élu lors de la législative partielle de 2020, repart au combat. Pour ce qui est des autres forces politiques, Ensemble a investi Aurélie Piacenza (Renaissance) et l’extrême-droite Sophie Chabanet (RN).

Dans la 4e circonscription, se présentent :

  • Bruno CANEPARO : DVD
  • Bénédicte RATIVET : REC
  • Marie LEBEC : ENS
  • Sophie LELANDAIS : RN
  • Charles CONSIGNY : LR
  • Franck MAUREL : DXG
  • Chloé RICHARD-DESOUBEAUX : ECO
  • Céline BOURDON : FI
  • Céline ZANATTA : DIV

Dans la 5e circonscription, se présentent :

  • Mathilde ANDROUËT : RN
  • Maxence BRINGUIER : REC
  • Alexandra DUBLANCHE : LR
  • Diane LAGRANGE : DVG
  • Alain LÉPICIER : DXG
  • Sophie THEVENET : FI
  • Yaël BRAUN-PIVET : ENS
  • Amélie THEROND KERAUDREN : DVD
  • Jean-Luc DENÉ : ECO
  • Katia VOISIN : DSV

Dans la  la 7e circonscription, se présentent :

  • Nadia HAI : ENS
  • Jacques BORIE : ECO
  • Fouad ABOUHAMDA : ECO
  • Christèle DIDIERJEAN : REC
  • Christiane JOMBART : DIV
  • Emmanuelle FORTIN : RN
  • Michèle CHRISTOPHOUL : SOC
  • Rithe KATUSEVANAKO : DSV
  • Laurent BROSSE : DVD
  • Ali KAYA : DXG
  • Pierre PLANCOULAINE : ECO
  • Rémi VINCENT : DIV
  • Frédéric JANVIER : DIV

Dans la 8e circonscription, se présentent :

  • Mélanie BEKONO : DSV
  • Jean-Marwaan PRÉAU : DIV
  • Cyril NAUTH : RN
  • Bernard KOSSOKO : DIV
  • Anne SICARD : REC
  • Benjamin LUCAS : DVG
  • Edwige HERVIEUX : ENS
  • François BLAISE : ECO
  • Jack LEFEBVRE : DXG
  • Michel VIALAY : LR
  • Thierry GONNOT : DXG

Dans la 10e circonscription, se présentent :

  • Anne CABRIT : LR
  • Claire COUEIGNAS : DSV
  • Thomas DU CHALARD : RN
  • Patrice JACONO : ECO
  • Philippe CHEVRIER : REC
  • Michel BIZIEN : DXG
  • Sylvie BOGAERS : ECO
  • Marielle SAULNIER : DXG
  • Cédric BRIOLAIS : FI
  • Aurore BERGÉ : ENS

Dans la 11 circonscription, se présentent :

  • Olivier GALLANT : DSV
  • Aurélie PIACENZA : ENS
  • Raouf MAÏZA : DIV
  • Christophe AUBIN : ECO
  • William MARTINET : FI
  • Patrick PLANQUE : DXG
  • Sophie CHABANET : RN
  • Aymeric DELEFOSSE : DIV
  • Jean-Luc TRAMONI : ECO
  • Philippe BENASSAYA : LR
  • Alexandre ARNAUD : REC
  • François MOUTOT : DVD
  • Jean-Pierre MERCIER : DXG
  • Dimitri CARBONNELLE : ECO
  • Lamine BOUDIAF : DIV
  • Edwin LEGRIS : ECO
  • Jean-Marc TRAN : DIV
  • Isabelle FOURNIÈRE : ECO
  • Jean-Louis METTELET : RN
  • Karl OLIVE : ENS
  • Mathieu PARANTHOËN : ECO
  • Sabine CLÉMENT : REC