Cet article date de plus de 8 ans

Ravitaillé en mer Bernard Stamm est hors course du Vendée Globe

Le Suisse Bernard Stamm est devenu mercredi le 8e skipper du Vendée Globe à abandonner après avoir été ravitaillé en carburant peu après son passage du cap Horn,

Ils étaient 20 skippers au départ des Sables-d'Olonne (Vendée) ils ne sont plus que 12

Bernard Stamm va naviguer vers la Vendée mais il sera désormais hors classement puisqu'il a reçu de l'aide. Le Vendée Globe est une course autour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Le skipper de Cheminées Poujoulat, privé d'énergie (hydrogénérateurs arraché ou endommagé) depuis dimanche matin à la suite d'une collision avec un objet flottant non identifié, a été ravitaillé en carburant après son passage du cap Horn et est
donc de facto hors course. Selon son équipe, Stamm signifiera officiellement à la direction de course son abandon "dans les prochaines heures", "une fois la charge (de ses batteries) suffisante".

Une course plus calme désormais 

Stamm, 49 ans, a été ravitaillé par un ami, Unaï Basurko, qui se trouvait avec son bateau Pakea Bizcaïa dans le secteur du Horn "dans le cadre de projets personnels". Stamm "terriblement fatigué" "Présent sur zone depuis le début de la matinée, l'équipage de Pakea Bizcaïa, en lien constant avec le Team Cheminées Poujoulat, a (...) attendu que Bernard Stamm passe le cap Horn (...) pour venir à sa rencontre. Le marin basque a ensuite
mis à l'eau un semi-rigide et embarqué avec deux équipiers pour acheminer 30 litres de gasoil à bord" du bateau de Stamm. "Dans l'intervalle", a encore indiqué son équipe, "le Suisse s'est mis au mouillage dans une zone plus calme afin de pouvoir effectuer le transvasement du précieux
chargement sans encombre". L'opération, "délicate mais menée avec succès", va permettre à Stamm de faire tourner le moteur pour recharger ses batteries. Le Suisse, qui a seulement dormi cinq heures au cours des trois derniers jours, "est terriblement fatigué et va maintenant pouvoir s'accorder un peu de sommeil".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe mer