• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Alex Thomson : 3ème aux Sables-d'Olonne [vidéo]

© Jean-Sébastien Évrard / AFP
© Jean-Sébastien Évrard / AFP

Le Britannique Alex Thomson termine le Vendée Globe en 80 jours 19 heures 23 minutes 43 secondes, il monte sur la 3ème marche du podium

Par Christophe Turgis

Alex Thomson franchit la ligne d'arrivée, l'image en direct ici :

arrivée vg

Deux fois déjà Alex Thomson avait dû abandonner dans le Vendée Globe, cette fois ci il termine en troisième place et accède au Panthéon des héros du Vendée Globe, il dépasse lui aussi le meilleurs temps de Michel Desjoyeaux en 2008.

Alex Thomson monte sur le podium du Vendée Globe, ce matin à 08h 25min 43sec et termine la course en 80j 19h 23min 43sec battant le précédent record britannique de 8 jours.
Il arrive 2jours 17h et 7 min après François Gabart (Macif)

Humour anglais
"J'ai pris le départ trois fois, c'est mon premier retour". Ågé de 38 ans, Alex Thomson a passé la ligne d’arrivée de l’Everest de la voile à sa troisième tentative (les deux précedentes en 2004 et 2008).
"Terminer cette course et être enfin de retour aux Sables est très émouvant. C’est un moment dont j’ai toujours rêvé, et après 10 ans de travail, terminer sur le podium, en 80 jours, est plus que j’aurais pu espérer".
"Je vais enfin pouvoir passer du temps avec ma famille, ma femme Kate et mon fils Oscar dont j’ai raté le deuxième anniversaire. Mon bateau Hugo Boss va me manquer, c’est certain. Il a été ma maison et mon abri pour les 80 derniers jours".

Alex atteint son objectif de terminer en 80 jours alors qu’il a dû affronter les pires conditions de la course dans les dernières 48h, avec 40 noeuds de vent et 8 mètres de creux, sans parler du danger d’une collision avec un bateau marchand ou de pêche.

Privé d'énergie dès le départ
La course d’Alex aurait pu se terminer à plusieurs reprises dans les derniers mois. À la suite d’une collision dans les mers du Sud avec un OFNI, ses hydrogénérateurs – sa source d’énergie principale –  ont cessé de fonctionner. Il a du passer en économie d’énergie à bord pendant 30 jours et réaliser des réparations d’urgence tout en restant en course.

"Si j’avais su avant le départ que j’allais être privée d’énergie à ce point, cela aurait été mon pire cauchemar. Je ne pouvais parler à ma femme et l’équipe une ou deux fois par semaine. Mais j’ai géré le fait d’être isolé beaucoup mieux que je m’y attendais. Pour m’aider à tenir moralement, mon équipe s’est assurée que je reçoive les mails et les messages de soutien".

La belle solidarité des marins
Ensuite, 2 000 milles avant l’arrivée, Alex a pris la décision de se dérouter pour se rapprocher de Jean Pierre Dick qui avait perdu sa quille. Le but était d’être à proximité de Jean Pierre alors que les conditions météo allaient se détériorer et que les risques pour Jean Pierre étaient réels.

J’ai attendu que JP me confirmer que le bateau et lui allaient bien dans les conditions météo dans lesquelles nous naviguions (25 nœuds de vent et 3-4 mètres de creux). Dans la Velux Ocean Race, j’ai eu la chance qu’un autre concurrent vienne me récupérer. Et si j’avais été dans la posture de Jean-Pierre j’aurais été très content d’avoir quelqu’un pas trop loin qui gardait un œil sur moi".

 / © Jean-Sébastien Évrad / AFP
/ © Jean-Sébastien Évrad / AFP


La reconnaissance enfin
"Nous sommes tous incroyablement fiers d’Alex ce matin", a commenté Stewart Hosford, Directeur d’Alex Thomson Racing. Nous avons travaillé pendant plusieurs années pour atteindre cet objectif et nous savons ce que ce moment représente pour lui. Il a fait une course magnifique et démontré son vrai talent et son potentiel. Nous savions qu’il l’avait en lui, mais c’est bon de savoir qu’il a pu l’exprimer et le montrer au public".

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus