Mike Golding prend la 6ème place du Vendée Globe après Jean le Cam les "tontons flingueurs" ont fêté cette victoire

Le Britannique Mike Golding (Gamesa) a pris la 6e place du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance mercredi soir aux Sables d'Olonne. Il était 19h38. Il a mis 88 jours 06h 36min et 26 sec. Ambiance chaleureuse pour tous les skippers !

© Jean-Marie Liot/DPPI

Un Vendée Globe dur pour les seniors

Golding, âgé de 52 ans, a franchi la ligne à 19h38 heure française, bouclant son tour du monde en 88 jours 06h 36min et 26 sec, soit un peu plus de 10 jours de plus que le vainqueur, François Gabart. Il est arrivé six heures après le Français Jean Le Cam (SynerCiel), qui a pris la 5e place un peu plus tôt mercredi. L'Anglais, qui n'a pu entrer dans le chenal avant 23h, en raison de la marée, a terminé son quatrième Vendée Globe: 7e en 2001, il avait pris la 3e place en 2005 avant d'abandonner lors de la précédente édition, en 2009.

Arrivée de Mike Golding reportage Elodie Soulard et Damien Raveleau 


Arrivée de Mike Golding


Mike Golding sur le podium des champions 
© Elodie Soulard


Le public toujours là à attendre.

© Elodie Soulard

Tous des champions 

© Elodie Soulard


Les quinquas et les jeunes 

Le Français Jean Le Cam (SynerCiel) et le Britannique Mike Golding (Gamesa) ont été les premiers quinquagénaires à boucler le Vendée Globe 2012-2013, prenant respectivement les 5e et 6e places de l'épreuve, mercredi, à 10 jours du vainqueur. Le Cam, âgé de 53 ans, a terminé en début d'après-midi son tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, en 88 jours 12 min et 58 sec, devançant d'un peu plus de six heures Golding, d'un an son cadet. Ce dernier n'a pu accoster qu'après 23h00 en raison de la marée. "Je finis devant (Mike) Golding, c'est la cerise sur le gâteau !", avait déclaré à son arrivée le Roi Jean, qui mettait un point d'honneur à terminer devant le Britannique, son rival. "Celui-là il est né pour m'emmerder ! Il a essayé jusqu'au bout mais je l'ai bien niqué !", a-t-il lâché sur le podium. "Nous étions comme collés l'un à l'autre. C'est comme si c'était le destin. Pas forcément en bien, certes !  Pour être honnête j'ai toujours été un grand admirateur de Jean. Et avoir été si proche l'un de l'autre valide ma propre performance", a pour sa part dit Golding à son arrivée. Les deux navigateurs s'étaient également marqués à la culotte lors de l'édition 2004-2005, qui avait vu Le Cam prendre la 2e place, juste devant Golding. "C'est vrai que je suis en tête des Tontons flingueurs... C'est une victoire que je n'avais pas imaginée. C'est Dominique (Wavre) qui nous a appelés comme ça je crois. C'est une belle expression", a embrayé Le Cam.

La flotte des "quinquas", qui a perdu Kito De Pavant (51 an) et Marc Guillemot (53 ans), compte encore dans ses rangs Wavre (57 ans) et Bertrand De Broc (52 ans), attendus en fin de semaine. Le Cam et Golding, qui participaient respectivement à leurs 3e et 4e Vendée Globe, ont terminé loin derrière le vainqueur François Gabart (29 ans), qui a pulvérisé de six jours le record de l'épreuve, un peu plus de trois heures seulement devant Armel Le Cléac'h (35 ans)!

Comment désormais faire des courses face à de jeunes prodiges ?

"Il s'agit du Vendée le plus difficile que j'aie terminé", a affirmé Golding. "J'ai su dès les premières 24 heures que je devais revoir mes ambitions à la baisse. François, Armel et les autres allaient tellement vite ! Je me suis dit:  Oh, on a un problème ! Le groupe de tête a fait une course fantastique, parfaite. Nous ne pouvions rivaliser", a-t-il ajouté. "Avions de chasse" Mais le Finistérien et l'Anglais disposaient de bateaux bien moins performants et de moyens beaucoup moins conséquents que ceux des deux premiers, qualifiés "d'avions de chasse" par Le Cam.  "Je ne pouvais pas faire mieux, face aux avions de chasse qui sont affûtés depuis 4 ans, qui ont un sponsor depuis 10 ans, alors que j'ai trouvé le mien il y a un an... Honnêtement, je suis très content de ma performance", a ainsi déclaré Le  Cam, qui n'a cessé de distiller bons mots et petites phrases, drôles ou plus profondes, à travers ses vidéos lors de sa circumnavigation. "C'est comme une victoire ! Il y a un an, il n'y avait rien, on partait de zéro, aujourd'hui on est aux Sables. On n'a pas chômé, le challenge n'était pas facile vu les moyens et les délais", a-t-il ajouté. Surpris d'être accueilli par des milliers de spectateurs,

Arrivée de Bernard Stamm 

© Damien Raveleau



© Damien Raveleau


© Olivier Blanchet / DPPI

Arrivée de Bernard Stamm en héros, aussi, et c'est mérité images Damien Raveleau 

Arrivée de Bernanrd Stamm

Bernard Stamm capitaine courageux applaudi par le public et ses amis

Le Suisse Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), mis hors course après avoir ravitaillé en carburant, à la suite d'une panne électrique, ce qui contrevient au règlement de l'épreuve, est arrivé au ponton quelques minutes après Golding. "C'est incroyable. Je ne suis même pas classé et il y a tellement de monde ! Cela fait chaud au coeur. Je suis très content d'être arrivé", a dit Stamm, dont un verrin de quille a lâché dans la nuit de mardi à mercredi.

Cinq monocoques Imoca de 60 pieds (18,28 m) sont encore en course.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe mer nautisme
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter