Nantes : le deuxième papa “privé d'enfant” est redescendu de la grue

Nicolas Moreno descende de la grue Titan grise à Nantes / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Nicolas Moreno descende de la grue Titan grise à Nantes / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

L'un des deux pères retranchés en haut des grues géantes des anciens chantiers navals nantais pour défendre leurs droits parentaux, celui qui était monté samedi matin en haut de la grue grise, en est descendu à 17H00.

Par Fabienne Béranger

Nicolas Moreno a levé les bras en arrivant au sol et a crié: "Pour tous les papas qui aiment leurs enfants." Pendant ce temps-là, il n'était pas encore question que l'homme retranché depuis vendredi matin dans l'autre grue descende à son tour.

"C'est une action de solidarité avec le premier papa retranché dans la première grue (pour un différend de garde d'enfant, NDLR) et en solidarité avec tous les papas qui veulent s'occuper de leurs enfants", expliquait samedi matin la mère de ce deuxième homme.
Cet homme de 34 ans, est lui-même "privé de ses deux garçons", leur garde ayant été confiée par la justice à leur mère.
Deux papas en haut d'une grue

Le premier homme, ancien ingénieur informaticien, avait profité du brouillard vendredi matin pour s'introduire dans la grue géante jaune haute d'une quarantaine de mètres. Il a ensuite déployé une banderole blanche sur laquelle est écrit: "Benoît, (le nom de son fils, ndlr), 2 ans sans Papa".
Le GIPN et le Groupe de recherches et d'interventions en milieux dangereux (GRIMP) se sont rendus sur place dès vendredi matin.

Des négociations ont été engagées dans la journée de vendredi avec l'homme, privé depuis deux ans de droits de visite et aussi d'autorité parentale sur son fils à la suite d'une condamnation, pour tenter de le convaincre de descendre.
Dans la soirée, à l'aide d'une nacelle au bout de la grande échelle des pompiers, "nous lui avons présenté une requête expresse qu'il peut déposer auprès de la justice, qui peut être audiencée le 28 mars, ce qui est extrêmement rapide", a raconté le préfet à l'issue de cette démarche.
"Les magistrats se sont mobilisés, c'était la seule réponse de droit possible, mais après réflexion il est revenu avec de nouvelles demandes", a ajouté le préfet.

"Le dispositif de sécurité a été allégé", a-t-on ajouté, mais des forces de sécurité demeurent toujours au pied de la grue.

La grue dispose d'une grande cabine. L'homme semble, selon certains proches du dossier, être équipé pour rester longtemps, plusieurs jours au besoin. Il appartient à l'association "SVP Papa", qui a annoncé vendredi qu'elle organiserait des actions à Nantes mercredi prochain.



  


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus