Cet article date de plus de 8 ans

Nantes capitale verte de l'Europe, les raisons de cette distinction

Nantes "Green capital" capitale verte de l'Europe, une distinction qui récompense une politique d'aménagement urbain où le cadre de vie des habitants est une priorité
Nantes : "Green Capital" et ville bleu-forêt
Nantes : "Green Capital" et ville bleu-forêt © Franck Dubray / Maxppp
Stockholm, Hambourg et Vitoria-Gasteiz, ont été capitales vertes de l'Europe, et Copenhague le sera en 2014, Nantes est la capitale verte de l’Union européenne pour 2013. Une distinction qui reconnaît, et récompense, un travail et des efforts menés par la ville depuis plus de vingt ans, en faveur de l’environnement et du développement raisonné de la métropole au service du cadre de vie de ses . Car si Nantes est distinguée, c'est bien toute l'agglomération nantaise qui est récompensée.

Pas une ville : un oxymore !
Si on devait définir la ville par une couleur on pourrait trouver "bleu-forêt", ou "bleu-jardin" ! Tant les présences de l'eau et du végétal sont une évidence. Le fleuve Loire et les deux rivières affluentes l'Erdre et la Sèvre Nantaise apportent cette note bleue. Les parcs de Procé, du Grand-Blottereau et le très remarquable Jardin des Plantes, le vert. Si on regarde Nantes d'un peu plus près on s'aperçoit que la première impression n'est pas trompeuse. Chaque nantais dispose de 37 m² d'espace vert public. C'est deux fois plus qu'à Lyon ou Bordeaux, c'est dix fois plus qu'à Paris ! On trouve un square, un parc ou un jardin public en moyenne tous les 500 mètres... Les 3 hectares du parc des Oblattes, achetés en 2012 par la ville sur la butte Sainte-Anne, seront le 100ème parc, jardin ou square nantais ! Un peu plus loin en périphérie, la communauté urbaine Nantes Métropole a aussi planté des chênes sur plusieurs dizaines d'hectares. Pour constituer les futures forêts urbaines de Nantes. Le "bleu-forêt" s'impose donc partout !

Le jardin japonais de l'île Versailles
Le jardin japonais de l'île Versailles © Daniel Morvan / Maxppp


Mobilité, habitat, une agglomération économe en énergie
Il ne suffit pas d'aligner des arbres au long des rues pour devenir "Green Capital". Il faut aussi démontrer sa volonté d'avancer sur le chemin de la sobriété énergétique par exemple. Et sur ce point les nantais ont pris de l'avance, et ont, "à l'insu de leur plein gré" fait figure de précurseurs en faisant le choix les premiers, de ramener le tramway dans les rues d'une ville française en 1984 ! Depuis, le cas d'école de l'époque a servi d'exemple un peu partout. Et le tramway roule désormais avec une électricité d'origine hydraulique. Autrement dit, il marche ... à l'eau ! Toujours dans le domaine des transports, 4 autobus sur 5 consomment du gaz naturel moins polluant et surtout moins nocif pour la santé humaine que le gasoil. Une politique d'aménagement urbaine dite "des courtes distances" commence à porter ses fruits, en rapprochant zones d'emploi et lieux d'habitation, en développant des transports fiables et rapides sous le label "Chronobus" les nantais abandonnent la voiture au profit des transports publics sobres en consommation d'énergie et on l'oublie souvent en consommation d'espace public.


Des habitats nouveaux économes en énergie
Des habitats nouveaux économes en énergie © Nathalie Bourreau / Maxppp


Des écoquartiers comme des villages
En rapprochant habitat et emplois la ville s'est aventurée aussi sur la réalisation d'écoquartiers. Celui de la Bottière-Chénaie à l'est de Nantes déjà en cours d'aménagement privilégie la mixité sociale par la construction de logements sociaux et de logements libres. En même temps les aménageurs ont mis en valeur les constructions existantes comme une ferme ancienne, un puits, des murs séparatifs. Le ruisseau qui passait par là, à lui aussi, été mis en valeur et contribue à la restauration de zones humides dans le quartier. Sans oublier, la récupération des eaux pluviales, un composteur collectif pour les déchets verts, l'installation de trois éoliennes pour puiser l'eau d'arrosage nécessaire aux jardins.
Ailleurs, comme dans la partie ouest de l'Île de Nantes, le nouvel écoquartier de la Prairie au Duc insistera d'avantage sur des constructions à basse consommation d'énergie ou même à énergie positive.
Au nord de la ville, l'écoquartier Erdre-Porterie va pousser sur 50 hectares à 25 minutes du centre ville, à la lisière de l'Erdre, 1 400 logements y sont prévus avec toujours comme objectif de favoriser la mixité sociale en équilibrant le locatif, l'accession à la propriété et une part de logements sociaux.

Dans chacun de ces écoquartiers se sont plusieurs milliers de personnes qui vivront en consommant moins d'énergie pour ce chauffer, moins d'énergie pour se déplacer, et vivront à moins de 500 mètres d'un jardin, d'un parc ou d'un square...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement urbanisme