Procès de Tony Meilhon : qui sont les acteurs de l'affaire

Tony Meilhon à l'ouverture de son procès à Nantes / © BENOIT PEYRUCQ / AFP
Tony Meilhon à l'ouverture de son procès à Nantes / © BENOIT PEYRUCQ / AFP

Jusqu'au 07 juin, se tient à Nantes le procès de Tony Meilhon, accusé d'avoir tué et démembré Laetitia Perrais en janvier 2011.

Par Fabienne Béranger

Dans la nuit du  18 au 19 janvier  2011, Laetita Perrais, 18 ans, est vue pour la dernière fois prenant des verres avec Tony Meilhon à La Bernerie en Retz (dans le Sud Loire). 
C'est sa soeur jumelle Jessica qui donne l'alerte le lendemain après avoir retrouvé le scooter accidenté de Laetitia sur le bas côté de la route, à quelques centaines de mètres de leur domicile.

Le 20 janvier, Tony Meilhon est interpellé par le GIPN à Arthon en Retz. Il affirme avoir tué Laëtitia accidentellement.  Il restera sur cette version des faits même après la découverte des différentes parties du corps démembré de Laetitia.
La grande inconnue de ce procès est de savoir s'il parlera ou non car, depuis son arrestation, l'homme a choisi le mutisme. Il ira jusqu'à faire plusieurs tentatives de suicide notamment en mars 2012, le jour de la reconstitution des faits. Une reconstitution qui, du coup, sera repoussée. 
Entre ses 16 ans et ses 31 ans, Tony Meilhon a passé plus de temps en prison qu'en liberté.  Il est aujourd'hui âgé de 33 ans.

Parmi les demandes de constitution de partie civile au procès de Tony Meilhon, Gilles Patron. Il est le père de la famille d'accueil de Laetitia Perrais. La famille Patron a élevé Laëtitia et sa soeur jumelle Jessica, placées chez elle entre 14 à 18 ans. Les deux soeurs y habitaient au moment des faits. Mais en août 2011, sept mois après la mort de Laëtitia,  Gilles Patron est mis en examen pour agressions sexuelles et viols, notamment sur Jessica. Il est actuellement sous bracelet électronique en attendant son propre procès. Il est présent au procès de Tony Meilhon et devrait être entendu comme témoin.

Autre demande de constitution de partie civile, celle de la mère de Tony Meilhon, Jocelyne Coignard. Elle estime être victime du crime de son fils.
«Elle entend dire publiquement à la juridiction criminelle, aux médias et à son fils: ‘Je ne suis pas coupable, je ne suis pas responsable de ce qu'est devenu mon criminel de fils, je suis une victime, une victime directe, de ses agissements», soulignait son avocat Me Chotard la semaine passée.

Et puis, on trouve également présents au procès de Tony Meilhon, les parents biologiques de Laëtitia : Sylvie Larcher et Franck Perrais. 
Alain Larcher, l'oncle maternel de Laëtitia confie à la rédaction de Paris-Match en août  2011 que la mère biologique des jumelles "vivait un cauchemar avec son Franck. L’alcool, la violence. Je le détestais. Il avait été ­furieux qu’elle tombe enceinte. Encore plus furieux qu’elle attende des jumelles. Il n’en voulait pas, de ces gosses. Un jour, devant moi, il a attrapé un des bébés par les bretelles pour le suspendre au-­dessus du vide. Il disait : “Je vais la lâcher !” Il menaçait ma sœur devant les gamines, il était violent avec ses propres filles. Et c’est allé crescendo. Jusqu’au jour où il a violé ma sœur. “Viol aggravé.” Il a purgé une peine de cinq années de ­prison. Sylvie était déjà fragile psychologiquement, alors sa vie a basculé. Je n’ai plus jamais retrouvé ma vraie sœur. Elle a fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique."


A lire aussi

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus