3 raisons d'interdire la cigarette électronique dans les lieux publics, 3 raisons de l'autoriser

La comédienne Karole Roche, vapoteuse pour les photographes à Cannes. / © LOIC VENANCE/AFP
La comédienne Karole Roche, vapoteuse pour les photographes à Cannes. / © LOIC VENANCE/AFP

C'est la recommandation d'un rapport du professeur Bertrand Dautzenberg rendu ce matin à la ministre de la santé. Faut-il vraiment interdire de vapoter en public ? 

Par Xavier Collombier

RTL a révélé la teneur du rapport commandité par la Ministre de la Santé Marisol Touraine au Professeur Dautzenberg sur la cigarette électronique. Il serait envisagé d'interdire de vapoter dans les lieux publics au nom du principe de précaution. 3 raisons d'approuver cette conclusion et 3 motifs pour s'y opposer.

Les 3 raisons pour interdire l'usage de e-cigarette en public 

  1. L'Institut national de recherche et de sécurité envisage de l'interdire au nom de la qualité de l'air. "Les cigarettes électroniques produisent également des composés organiques volatils et des particules fines et ultrafines susceptibles d'altérer la qualité de l'air intérieur. À l'heure actuelle, il ne peut donc être conclu à l'absence de risque pour l'entourage du consommateur".
  2. De nombreuses cigarettes électroniques utilisent des liquides à base de nicotine. Pour le Professeur Dautzenberg et selon le journal le Monde  pour les gros fumeur c'est "un moyen propre de prendre de la nicotine". 
  3. C'est un boulevard pour entrer dans le tabagisme. Les jeunes sont des cibles pour l'objet présenté comme inoffensif et ayant les attraits de la cigarette sans ses dangers. "64% des jeunes de 12 à 14 ans qui avaient essayé l'e-cigarette n'avaient encore jamais fumé auparavant" selon Bertrand Dautzenberg.

Les clés du succès / © MAXPPP
Les clés du succès / © MAXPPP

Les 3 raisons pour autoriser l'e-cigarette dans les lieux publics

  1. Faut-il avoir peur de la vapeur d'eau? Rien ne démontre clairement les méfaits supposé du propylène glycol, présent dans le liquide des e-cigarettes. Depuis des décennies, ce liquide est utilisé dans les discothèques ou les théâtres, si il s'était avéré nocif il aurait été interdit. Le tabagisme passif à condition de ne pas utiliser des cartouches à base de nicotine est franchement impossible. Rien à voir avec la vraie cigarette. "La fumée de cigarette contient de nombreuses substances toxiques, dont au moins une soixantaine sont reconnues comme cancérigènes" selon tous les spécialistes.
  2. C'est l'outil idéal pour le sevrage. À l'image du chewing gum à la nicotine, du patch, pour les gros fumeurs, l'e-cigarette est adaptée pour ceux qui veulent arrêter. Les risques pour la santé sont moins grand que la vraie cigarette mais elle procure la même sensation. Au consommateur de doser le taux de nicotine pour progressivement la faire disparaître complètement.
  3. L'étude du professeur Dautzenberg est forcément à charge. Il est le président de l'office de prévention du tabagisme et comment en trois mois sortir un rapport définitif alors qu'aucune étude scientifique sérieuse n'a encore eu lieu?

A lire aussi

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus