Cet article date de plus de 8 ans

Comme un été bien "élevé" à La Baule

Nous nous baladons sur notre littoral, arrêt obligé à la Baule, la plage du XVIème parisien depuis 1879. Courtoisie, éducation, villas de famille, les valeurs sûres de la Côte d'amour.

Notre balade en polo

Reportage de Céline Dupeyrat, 

Entendu à la Baule

"Ce que j'aime à la Baule, c'est la population, la courtoisie, la bonne éducation"  anonyme devant sa villa.

"L'avenir de La Baule, c'est quoi ? Une gigantesque maison de retraite à ciel ouvert coupée du monde et des réalités socio-économiques, un petit village de retraités de Floride si vous voulez !"  Chris dans "la vie à la Baule" le blog.


Ce que je n'aime pas à La Baule-Escoublac ? "Les touristes l'été." Camille sur le site linternaute.com. Sur le même site, Brigitte. "La Baule était une jolie cité balnéaire jusqu'en 1970, maintenant, un boulevard de mer sans âme, la Baule-béton, le déversoir des parisiens et autres nantis et que dire du taux de chômage des natifs 14% !". Et T. de Nantes anonyme; "Pour les gens, tu as le choix entre les méga-rupins, peu nombreux, qui font le spectacle sur le remblais avec leurs belles voitures, et des milliers d'imbéciles qui jouent les rupins. Quant aux locaux, ils se connaissent tous, ne sont pas ouverts et sont très antipathiques."

"Une ville extraordinaire autant que pour son paysage magnifique que pour la richesse de cette ville. Les 16 000 habitants de la Baule sont tous fiers de cette région." Baptiste de Guérande.


Lu

"La Baule n’est pas exotique, mais authentique : c’est une île d’art de vivre à la française qui se suffit à elle-même. Dans un monde où tout tend à se ressembler de plus en plus, tant d’authenticité est précieux." Brigitte Scherer – Frankfurter Allgemeine Zeitung.
 

Intemporel

"Je suis au bord de l’océan sur une plage/Fin d’été : je vois fuir les oiseaux de passage/Les flots en s’en allant ont laissé des lingots : Les méduses d’argent. Il passe des cargos/Sur l’horizon lointain et je cherche ces rimes/Tandis que le vent meurt dans les pins maritimes." Apollinaire


 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer tourisme économie mode