• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Mathieu Trebosc, guide de canoë-kayak à Champtoceaux

© Christophe Turgis
© Christophe Turgis

Sylvie Denis part en randonnée sur la Loire avec Mathieu Trebosc, ce sportif accompli, et guide attentif, a eu l'idée de combiner vélo et canoë pour partir à la découverte au ras de l'eau du dernier fleuve sauvage d'Europe !

Par Christophe Turgis

La rencontre

DMCloud:95637
Mathieu Trebosc, Guide de canoë-kayak à Champtoceaux (44)
Vues sur Loire à vélo


Pédalage et canotage

La Loire à vélo et en canoë, l'idée est plutôt sympa pour qui n'est ni un forcené du vélo et encore moins à l'aise avec des avirons. Mathieu Trébosc propose un tour, au bord et sur le fleuve, sans trop d'effort sportif.

Le départ de la promenade se situe au port du "Cul du moulin" à Champtoceaux. De là, il s'agit de rejoindre Ancenis à vélo, à 7 km en amont par la rive droite de la Loire. Le chemin est quasiment plat à travers les frondaisons des arbres.

 / © Christophe Turgis
/ © Christophe Turgis

Puis, d'Ancenis, redescendre à Champtoceaux en canoë sur la Loire. Sauf à se baigner, être plus près du fleuve n'est pas possible. Avant le départ, Mathieu donne les conseils élémentaires de navigation pour que l'expérience ne se transforme pas en cauchemar.

 / © Christophe Turgis
/ © Christophe Turgis

Après ? Il suffit de laisser filer le canoë, la Loire bonne fille, grâce à son courant fait l'essentiel du travail. Au navigateur de pagayer pour rester dans la bonne direction. Mathieu ne laisse personne s'aventurer seul, il a l'œil, et veille sur chacun des participants à cette aventure aussi simple qu'extraordinaire.

 / © Christophe Turgis
/ © Christophe Turgis


 

Le péage de Champtoceaux

Le point de départ et de retour de la promenade sur la Loire avec Mathieu Trebosc se situe au péage de Champtoceaux. Un ouvrage de pierres maçonnées sur la berge rappelle que depuis toujours la Loire a servi au transport des hommes et de leurs marchandises.

 / © Christophe Turgis
/ © Christophe Turgis

À l'âge du bronze déjà, le port, devenu base de loisirs aujourd'hui, voyait arriver le cuivre d'Espagne ou l'étain de Grande-Bretagne.
Au 7ème siècle fut construit un pont qui s'arrête dans le fleuve et marquait ainsi le lieu où l'on devait s'acquitter de l'impôt royal pour continuer le voyage. Un compte de 1356 dénombrait 1347 chalands, de vin ou de sel, mais ne dit rien du nombre des voyageurs... ou des fraudeurs !


vers le site de L.A. kayak.com pour se renseigner ou réserver un tour sur la Loire

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus