Préfailles : “quand on court derrière l'extrême droite on finit par être emporté par elle” Jean-Marc Ayrault

Une affiche du Ayrault candidat aux municipales portée par des militants socialistes à la fête de la rose. / © Franck Perry / AFP
Une affiche du Ayrault candidat aux municipales portée par des militants socialistes à la fête de la rose. / © Franck Perry / AFP

Le militant socialiste Jean-Marc Ayrault dans un discours de chef de la majorité appelle l'UMP à clarifier sa position vis à vis du FN pour les prochaines municipales.

Par Xavier Collombier avec AFP

La fin du "pacte républicain" et du "ni ni" pour François FIllon

Vendredi, au cours d'un déplacement à Nice, l'ancien Premier ministre sarthois de Nicolas Sarkozy a enterré définitivement le "pacte républicain" qui régit depuis plus de 20 ans les rapports de la droite parlementaire vis à vis du Front National, donnant des consignes de vote en faveur de la gauche en cas de duel avec l'extrême-droite. François Fillon ne veut plus entendre parler non plus de l'actuelle ligne officielle prônée par Jean-François Copé le fameux "ni ni" (ni "front républicain" ni "vote FN" en cas de second tour).
Voilà qui confirme le revirement stratégique de l'ancien élu ligérien.  Il y a une semaine au grand rendez-vous Europe 1 Le Monde Itélé, François Fillon n'avait qu'un mot pour expliquer sa nouvelle position "sectarisme". Vendredi il a rajouté.

"Les municipales sont des élections très particulières où le choix de personnes prime sur le choix des idéologiques. Le sectarisme n'est pas compatible avec la gestion municipale







 

En clair lui, François Fillon votera pour le candidat "le moins sectaire", même s’il est issu du Front National. Une position approuvée à 51 % par les électeurs UMP selon un sondage Bva pour Itélé, mais qui de Copé à Chatel ou Raffarin provoque un véritable tollé.


L'appel de Préfailles

Le Premier ministre ce midi à Préfailles pour la traditionnelle fête de la rose du parti socialiste de Loire-Atlantique a sorti son costume de chef de la majorité. La campagne des municipales est bien ouverte.

"Je m'adresse à François Fillon mais je m'adresse aussi à Jean-François Copé, à Jean-Pierre Raffarin (..) cette course poursuite derrière le Front National, elle est en train de mettre en péril la droite républicaine (..) quand on court derrière l'extrême droite on finit par être emporté par elle et aujourd'hui c'est face à cela que les dirigeants UMP sont placés".



A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus