• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Angers : la lente métamorphose de Valérie Trierweiler en Première Dame

Valérie Trierweiler en voyage officiel à Soweto en Afrique du sud le 15 octobre. / © MIKE HUTCHINGS / POOL / AFP
Valérie Trierweiler en voyage officiel à Soweto en Afrique du sud le 15 octobre. / © MIKE HUTCHINGS / POOL / AFP

 Ses erreurs, ses efforts de reconquête dans l'opinion, le tout en 4 séquences sous les ors de la République. Valérie Trierweiler était l'invitée du 12/13, sur notre antenne elle est sortie de sa réserve sur l'affaire Leonarda.

Par Xavier Collombier

Acte 1 : Tweet choc

"Embrasse-moi !" décodé par la France entière. / ©
"Embrasse-moi !" décodé par la France entière. / ©

La France découvre Valérie Trierweiler à Tulle le soir de l'élection de François Hollande. Plus tard dans la nuit du 6 mai 2012 à la Bastille, jalouse d'une accolade de François Hollande avec la mère de ses enfants, Ségolène Royal, les Français lisent sur les lèvres de la dorénavant Première Dame un 

Embrasse-moi !


lancée à François Hollande qui s'exécute devant les caméras. Suivra l'épisode du Tweet signée Valérie Trierweiler appelant à voter pour le candidat dissident défiant la Présidente de la région Poitou-Charentes aux législatives de juin à La Rochelle.
le tweet qu'elle regrette
Plus tard elle dira à Arnaud Wajdzik, le chef de la Locale de Ouest-France dans sa bonne ville d'Angers

J’ai été maladroite puisque cela a été mal interprété. Je n’avais pas encore réalisé que je n’étais plus seulement une simple citoyenne. Cela ne se reproduira pas
 

Acte II : la Frondeuse n'est pas celle que l'on croit

Une biographie polémique et la presse se déchaîne contre Valérie Trierweiler. "La Frondeuse", "la Dame de Pique", la proie est facile. La journaliste de match et de D8 est décrite comme arriviste prête à tout pour toucher du doigt le pouvoir. Elle reste ferme et revient sur son parcours loin des beaux quartiers parisiens et des salons bourgeois. Valérie Trierweiler,  est née Massonneau le 16 janvier 1965 à Angers  dans le quartier Montplaisir.
Père invalide pensionné, après avoir perdu une jambe à 12 ans en 1944 dans l'explosion d'une mine, mère un temps caissière à la patinoire d'Angers pour arrondir les fins de mois, la nouvelle Première dame, cinquième d'une famille de six enfants, a vécu toute son enfance dans une cité de maisons HLM d'Angers.
Cette époque, dont elle ne garde "que des souvenirs heureux" même "s'il n'y avait pas du tout d'argent", lui a donné un caractère trempé, comme en témoignent confrères et politiques de droite comme de gauche.

Acte III : "on l'aime pas la Valérie"

C'est la goutte d'eau de trop. Dijon, mars 2013, une femme s'approche du président. 
"Ne vous mariez pas. On l'aime pas en France"....
on ne l'aime pas
"Ne vous mariez pas avec Valérie... On l'aime pas en France... On l'aime pas"

Acte IV :  un mur entre le bureau du Président et le sien à l'Elysée

Dernier acte, fini la télévision et le journalisme. Valérie Trierweiler est Première Dame à plein temps. Visites chez les couturiers, glamorisation, métamorphose en étendard du luxe made in France à l'étranger, mère de la nation. La compagne du Président se laisse photographier avec les enfants du secours populaire sans vacances ou à Soweto avec les orphelins des townships.
M6 lui consacre un dimanche dédié sur son antenne en septembre, la bataille de reconquête de l'opinion a sonné.
Ce contenu n'est plus disponible
On apprend qu'elle ne se va jamais dans la partie à l'Élysée réservée au président, séparée de son bureau par "un mur de Berlin" métaphorique. Valérie Trierweiler est une simple Première Dame, qu'on se le dise.
Ce matin, elle était à Angers et ne voulait parler que de ses actions caritatives. Elle était notre invitée dans le 12/13 et a répondu à Myriam N'Guénor pour une interview exclusive et en direct. 
En attendant, elle avait retrouvé ses anciennes institutrices. Elle a posé en Première Dame avec elles en toute simplicité, un sourire figé aux lèvres.
Valéries Trierweiler et ses institutrices angevines. / © Xavier Rolland
Valéries Trierweiler et ses institutrices angevines. / © Xavier Rolland





A lire aussi

Sur le même sujet

Hellfest 2019 : gros plan sur les secours au festival

Les + Lus