Saint-Nazaire : le procès de la famille recluse du quartier La Trébale

Un photographe devant l'appartement de la famille recluse à Saint-Nazaire / © DAMIEN MEYER / AFP
Un photographe devant l'appartement de la famille recluse à Saint-Nazaire / © DAMIEN MEYER / AFP

En janvier 2013, les pompiers découvrent dans un appartement du quartier de la La Trébale quatre enfants reclus chez eux. Le père de famille avait interdit à sa famille la moindre sortie pendant deux ans. Le procès des parents s'ouvre demain au tribunal de Saint-Nazaire.

Par Xavier Collombier

La découverte

Dans la nuit en janvier 2013, les pompiers de Saint-Nazaire reçoivent un appel émanant d'une femme pour un malaise. Lorsqu'ils arrivent au second étage du 55 de la route des Fréchets, un quartier populaire de la ville, ils découvrent une famille de 6 personnes prostrées dans un appartement.
Ce n'est que Mardi 8 janvier que la presse va apprendre cette information hors norme. Un appartement dans un collectif en plein Saint-Nazaire et une famille dont personne, dans le voisinage, ne sait plus rien depuis des années, si ce n'est le père que l'on croise parfois sortant la poubelle ou revenant de faire ses courses.

Appartement insalubre

Les enfants ne sont pas sortis du domicile depuis au moins deux ans, ils ne sont plus scolarisés et présentent un retard mental. Seul le père sortait de l'appartement. Le monde, d'après les témoignages des enquêteurs était décrit par ce dernier comme "inquiétant et intrusif".
La procureure de la République, Florence Lecoq décrit une "personnalité psychorigide et au vécu persécutif". Le couple de la famille recluse comparait demain devant le tribunal pour privation de soins et aliments compromettant la santé d'un enfant de moins de 15 ans et soustraction par un parent à ses obligations légales. Le père devra répondre également de l'accusation d'agression sexuelle sur mineur  par ascendant.

Plus de 2 ans sans que personne soit alerté par l'absence de visibilité d'une famille entière / © Maxppp
Plus de 2 ans sans que personne soit alerté par l'absence de visibilité d'une famille entière / © Maxppp

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chasse : les sangliers de la discorde

Les + Lus