• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Fillette torturée et assassinée en Vendée : les services sociaux avaient été saisis

La maison du drame à Saint-Georges-de-Pointindoux.
La maison du drame à Saint-Georges-de-Pointindoux.

La mère de la petite Angèle a été mis en examen pour meurtre et actes de tortures sur mineure. Les services sociaux avaient été alertés par le père biologique de la petite fille de 4 ans.

Par Xavier Collombier

Une semaine de calvaire

L'autopsie du corps de la fillette de 4 ans, mardi à l'institut médico-légal de Nantes, a démontré que les sévices ont duré pendant une semaine. Les Cheveux de la petite fille ont été arrachés en plusieurs endroits, elle présentait des brûlures sur 35% de son corps, des traces de morsures, le mode opératoire des "punitions" infligées par sa mère, accompagnées de douches brûlantes. Sa mère lors de sa garde à vue a reconnu avoir étranglé sa fille, sans "l'intention de lui porter la mort".

Les services sociaux alertés

La mère d'Angèle et son compagnon, aujourd'hui placé sous le statu de "témoin" assisté pour le meurtre, ont déménagé il y a un mois à Saint-Georges-de-Pointindoux. Ils venaient du Val-de-Marne. Leur arrivée avait été signalée aux service sociaux du département. Fin 2011, en effet, le père biologique d'Angèle avait alerté les services du conseil général en région parisienne. La situation de la fillette avait été évaluée par les services de protection maternelle et infantile. "Rien ne pouvait laisser supposer une maltraitance, assure Michèle Créoff, la directrice adjointe en charge de ces dossiers au conseil général à Créteil. 

l'enfant se développait bien, la mère avait de bon réflexes

il y avait un conflit de couple assez intense entre les parents. Ils se disputaient la garde de l'enfant, le juge des affaires familiales avait été saisi, l'enquête a jugé  à la relation satisfaisante avec la mère", conclut la directrice.
La mère d'Angèle est ce soir en prison. Elle sera jugée devant les assises, et risque la détention à perpétuité.

Avec AFP.


A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus