Drame du marché de Noël de Nantes : comment la voiture folle est arrivée place Royale

En suivant un taxi, Sébastien Sarron est arrivé place Royale par le quai de la fosse. / © NATHALIE BOURREAU / MAXPPP
En suivant un taxi, Sébastien Sarron est arrivé place Royale par le quai de la fosse. / © NATHALIE BOURREAU / MAXPPP

Sébastien Sarron, d'après les premiers témoignages a suivi un taxi pour accéder à la place Royale. Là, il roulait à 70 km/h quand il a foncé sur la foule du marché de Noël.

Par Xavier Collombier

Il a suivi un taxi

Selon de nombreuses sources proches de l'enquête relatées ce matin par nos confrères de Presse Océan , Sébastien Sarron au volant de son Peugeot Expert a suivi un taxi pour accéder au secteur piéton de la fin de la rue de la Fosse vers la place Royale. Grâce à un badge le taxi a abaissé la borne, Sébastien Sarron s'est engouffré derrière lui, profitant du temps de latente de l'automate, réglant l'accès à la zone piétonne. "Il n'y aurait pas eu de dysfonctionnement du système" selon la source du quotidien nantais.
Le conducteur a ensuite accéléré son moteur, le faisant ronfler sur les 400 mètres séparant le quai de la Fosse de la place Royale, les 70 kilomètres heure auraient été atteints selon de nombreux témoins, avant que le véhicule termine sa course dans les stands du marché de Noël.

Témoignages des rescapés

3 jours après le drame, les témoignages se succèdent. Dans Ouest-France, ce matin, un retraité normand explique "après le choc, je me suis retrouvé au sol, à plusieurs mètres du point d'impact (..), lorsque j'ai pu me relever, la première vision que j'ai eue, c'est le bras du chauffeur dans sa camionnette. Il se donnait des coups de couteau au niveau du thorax. Sur le moment, je n'ai pas eu trop le temps de réaliser. J'avais peur qu'il s'agisse d'une attaque terroriste."
Le fils d'une blessée témoigne dans Presse Océan : "C'était la pagaille. Ma mère était sous la voiture. Elle ne savait pas si le conducteur allait redémarrer ou tout faire exploser (..) Il y a des fous partout. On ne peut pas mettre un policier derrière tout le monde. Personnellement , je n'ai pas de haine envers lui. Est-ce que je lui pardonne ? Difficile de répondre à cette question".
Une quarantaine de personnes ont été reçue par la cellule d'urgence psychologique mise en place par les autorités. De nombreux commerçants de la place Royale et du marché de Noël y ont consulté, des passants et des témoins de la course folle de Sébastien Sarron également.

Une information mondialisée

Le drame de Nantes a été relayé par les médias du monde entier. De New-York à Sydney, le triste fait divers en cette période de fête a fait la Une lundi et mardi.




A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus