• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Notre-Dame-des-Landes : les manifestants dénudés devant la Cour d'appel

L'acte militant de novembre 2012 en pleine opération César.
L'acte militant de novembre 2012 en pleine opération César.

On les connaissait comme les "Camille" à poil de Notre-Dame-des-Landes, condamnés à Saint-Nazaire pour outrage à personnes ayant autorité, ils vont être jugés en appel cette semaine à Rennes.

Par Xavier Collombier

"Camille" à poil

C'est bien connu. À Notre-Dame-des-Landes, sur la Zone d'aménagement différée (ZAD), tous les activistes anti-aéroport se font appeler "Camille". Elise et Erwann ont très longtemps été connus comme les "Camille" à poil de NDDL. En pleine opération César en novembre 2012, devant les forces de l'ordre pour protester contre l'évacuation des militants du terrain propriété du groupe Vinci, nos Camille se sont dévêtus dans un acte de résistance passive.
Les autorités n'ont pas voulu laisser passer cet acte de subversion, largement filmé par les nombreuses télévisions et documentaristes sur place. Des poursuites judiciaires ont été engagées.

Condamnés à Saint-Nazaire

Sur un air de "cachez ces sexes que l'on ne saurait voir", la justice a suivi son cours et condamné en première instance à Saint-Nazaire, Elise et Erwann pour outrage à personne ayant autorité. 
Les manifestants nus de NDDL devant la Cour d'appel

15 jours de prison avec sursis avait été prononcés par les juges nazairiens. Ils ont fait appel du jugement. À Rennes, en janvier dernier, l'avocat général (représentant le Ministère public) a demandé confirmation de la peine. Pour l'avocat de nos activistes, comme il l'expliquait à nos confrères de Reporterre, " l' outrage qui est mal défini vient sanctionner un délit d’opinion. Les éléments constitutifs de l’outrage par geste sont flous, la définition légale du délit n’est pas claire. De plus, l’outrage est-il dans le geste ou dans le ressenti de la personne qui se sent outragée ? "
Outrage ou pas outrage ? Réponse à cette grande question attendue ce mercredi 18 février, date du rendu de la décision de la cour d’appel de Rennes.

© MAXPPP
© MAXPPP


A lire aussi

Sur le même sujet

Hellfest 2019 : gros plan sur les secours au festival

Les + Lus