• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Agression mortelle au couteau à Nantes : le suspect mis en examen pour assassinat

Un travailleur social a été tué à Nantes, jeudi 19 mars 2015 / © France 3 Pays de la Loire
Un travailleur social a été tué à Nantes, jeudi 19 mars 2015 / © France 3 Pays de la Loire

L'homme de 34 ans, soupçonné d'avoir tué un travailleur social et grièvement blessé au couteau son ex-compagne, jeudi à Nantes, a été mis en examen samedi pour "assassinat" et "tentative d'assassinat" et placé en détention provisoire.

Par FB avec AFP

Le suspect, qui avait 1,4 g d'alcool dans le sang au moment du drame, a reconnu les faits devant les enquêteurs de la brigade criminelle de la Sûreté.
"En possession de plusieurs couteaux", il s'était rendu dans les locaux du Service social de la protection de l'enfance, situé près du palais de justice, où il devait bénéficier "d'un droit de visite médiatisé" pour sa fillette de 4 ans, avait expliqué vendredi la procureure de la République de Nantes,
Brigitte Lamy.

Il était "prévu qu'il ne devait pas croiser son ex-compagne, mais le non-respect des horaires par l'un ou par l'autre a abouti à ce qu'ils se croisent à l'entrée
des locaux"
, avait-elle précisé.
Pour tenter d'empêcher qu'il ne s'en prenne à elle, jeudi, l'éducateur social, âgé de 49 ans, s'était interposé. Il avait alors reçu un coup fatal, au niveau
de la carotide.

Le suspect avait ensuite poursuivi son ex-compagne dans la rue, alors qu'elle tentait de se réfugier dans un restaurant après avoir été elle-même frappée de
plusieurs coups de couteau. L'homme avait fini par être maîtrisé par des clients.
En garde à vue, le suspect a assuré n'avoir pas voulu tuer le travailleur social.
"Même si ce n'était pas lui qui était visé, il est mort dans le cadre d'une même intention homicide", a indiqué samedi le parquet de Nantes, pour expliquer le fait que la préméditation soit retenue.

L'homme avait déjà été condamné en 2012 pour violences conjugales, selon la procureure.

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus