• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

AS Monaco - Angers SCO : Moulin fustige “la faute professionnelle” de l'arbitre de touche

Monaco le 24/09/2016 - Championnat de France de Football - Ligue 1 - 7eme journee - L AS Monaco FC recoit le SCO Angers - Le milieu de terrain Monegasque Adama TRAORE N20. / © PHOTOPQR/NICE MATIN
Monaco le 24/09/2016 - Championnat de France de Football - Ligue 1 - 7eme journee - L AS Monaco FC recoit le SCO Angers - Le milieu de terrain Monegasque Adama TRAORE N20. / © PHOTOPQR/NICE MATIN

L'entraîneur du SCO, Stéphane Moulin, très en colère après la défaite de son équipe à Monaco (2-1) hier soir, a fustigé "la faute professionnelle" du corps arbitral, qui a invalidé un but de son équipe plusieurs secondes après l'avoir accordé.

Par Willy Colin

"Je vais peser mes mots sinon je vais être puni. Je crois que c'est la première fois que ça arrive. L'arbitre est prêt a l'engagement, Monaco est prêt. Et l'arbitre de touche, qui n'a pas levé le drapeau, appelle son arbitre du centre pour faire annuler le but. On n'a jamais vu ça. Je crois que c'est une première dans l'histoire", a déclaré Stéphane Moulin, à l'issue de la rencontre.

A la 52e minute, Karl Toko Ekombi pensait avoir ouvert le score d'une frappe puissante, après avoir bien repris un ballon repoussé par Subasic. Mais, alors que l'arbitre M. Miguelgorry était prêt à siffler l'engagement, il était appelé par son assistant. Ce dernier indiquait une position de hors-jeu de Diedhiou, alors qu'il n'avait pas levé son drapeau durant l'action.

"Ils (les arbitres, ndlr) ont raison. Mais ça, ça peut faire jurisprudence. Maintenant un arbitre de touche, qui n'a pas levé son drapeau, peut faire annuler un but. C'est honteux. C'est une faute professionnelle, une faute technique. C'est contre l'éthique. On a l'impression d'être des dindons", a déploré le technicien angevin.

L'entraîneur de Monaco Leonardo Jardim a quant à lui souligné que l'arbitre de touche n'a certes pas levé son drapeau mais est resté en place après l'action. "Il n'est pas revenu au milieu, comme cela se fait lorsqu'un but est validé. C'est une information, une indication que quelque chose s'est passé", a-t-il expliqué.

Dans la foulée de l'annulation, les Angevins se sont toutefois  faits justice de manière heureuse. Sur un centre de Toko Ekambi, Ndoye déviait involontairement le ballon de la main et Diedhiou marquait (0-1, 55). Encore un but litigieux, mais cette fois-ci validé.

"Je n'ai pas vu. Mais s'il y a main il faut la siffler. On a le sentiment que quand il y a une bêtise, on en fait une autre pour compenser. Mais personne n'a demandé à l'arbitre d'accorder ce but. On a le sentiment d'être floué, comme au coin du bois. Je n'ai pas de solution sinon que d'être un minimum calme", a répondu Moulin.

Angers s'est finalement incliné (2-1), après l'égalisation du Monégasque Kamil Glik (66e) et un but contre son camp de son défenseur Dickson Nwakaeme (75e).

AFP

Sur le même sujet

artOtech à Saint-Nazaire avec Ninon Brétécher, comédienne et metteure en scène

Les + Lus