Coronavirus : “nous menons une guerre”, 99 cas confirmés en Pays de la Loire, ce dimanche 15 mars

Point presse de l'ARS Pays de la Loire sur le coronavirus, avec JJ Coiplet, le directeur, et Claude D'Harcourt, le préfet de région le 15 mars 2020 / © France Televisions - Céline Dupeyrat
Point presse de l'ARS Pays de la Loire sur le coronavirus, avec JJ Coiplet, le directeur, et Claude D'Harcourt, le préfet de région le 15 mars 2020 / © France Televisions - Céline Dupeyrat

En Pays de la Loire, 99 cas confirmés de coronavirus ont été détectés, ce dimanche 15 mars. Ce sont ainsi 17 nouveaux cas qui ont été détectés dans la région.

Par Fabienne Béranger

Le Covid-19 continue de gagner du terrain.

Ce dimanche 15 mars, notre région reste l'une des moins touchées, cependant "la situation est extrêment préoccupante" pour Jean-Jacques Coiplet, directeur de l'Agence Régionale de la Santé qui prévoit que "la vague épidémique arrivera malgré tout".
Point sur l'épidémie de coronavirus en Pays de la Loire, le dimanche 15 mars 2020 / © France Televisions - Céline Dupeyrat
Point sur l'épidémie de coronavirus en Pays de la Loire, le dimanche 15 mars 2020 / © France Televisions - Céline Dupeyrat
La Loire-Atlantique compte désormais 39 cas contre 32 samedi, le Maine-et-Loire 27 cas détectés contre 23 samedi.

19 cas sont désormais comptabilisés en Sarthe contre 14 samedi, 9 au lieu de 8 en Vendée. La Mayenne compte toujours 5 cas.

A côté de ces cas détectés, 800 cas contacts ont pu être identifiés, selon les précisons de l'ARS.
Etudiants et médecins en retraite se mobilisent désormais auprès des autres personnels soignants. Tous les actes de chirurgie non urgents sont annulés.

Désormais, ce sont 1 000 places qui sont disponibles immédiatement dans la région contre 750 jusqu'ici. Dès lundi, les établissements de troisième ligne tels que les cliniques et hôpitaux périphériques devraient être mobilisés.

"Nous menons une guerre", a lancé Jean-Jacques Coiplet, "on a besoin de tout le monde sur le front".

Pour les personnes sans abri, des centres avec des chambres individuelles sont opérationnels.
Aux côtés de Jean-Jacques Coiplet, Claude d'Harcourt, le préfet de région demande "aux gérants de supermarchés de vérifier qu'il n'y a pas plus de 100 personnes dans le magasin", reconnaissant que cela "est plus simple à dire qu'à faire".

Sur le même sujet

Les + Lus