Covid-19 : confinement, éducation, santé, le point ce vendredi soir dans les Pays de la Loire

Préfet de région, recteur et ARS ont fait le point au premier jour du reconfinement et avant la reprise de l'école lundi 2 novembre. L'enseignement sera maintenu, avec une nouveauté, le masque pour les primaires comme pour les collèges et lycées.

© MAXPPP
Au premier jour du reconfinement, le préfet de région des Pays de la Loire, préfet de la Loire-Atlantique, le recteur d'académie et le directeur de l'Agence Régionale de Santé ont tenu une conférence de presse commune à Nantes.

Les conséquences du confinement pour les cultes et les commerces

Didier Martin, le préfet, indique que le décret du 29 octobre, pris par le Premier ministre, annule et remplace toutes les dispositions en vigueur précédemment. 

"Il convient de maintenir l'accueil des enfants dans les écoles, les services publics tels que la CAF, Pôle Emploi, ou la vie des entreprises. Dans tous les cas il est impératif de se conformer au strict respect des gestes barrières".

Concernant les lieux de cultes et les fêtes religieuses, le préfet apporte quelques précisions, "les lieux de culte peuvent rester ouverts ce week-end, jusqu'à lundi soir, en relation avec les fêtes, chrétienne de Toussaint, ou musulmane de commémoration de la naissance du prophète.

Les déplacements vers les cimetières restent possibles jusqu'à lundi soir. Ensuite, ces lieux ne pourront accueillir que 30 personnes pour les obsèques, et 6 personnes pour les mariages à l'intérieur des lieux de culte".
Et d'ajouter, "les fleuristes fermeront à partir de mardi 3 novembre".

Le préfet évoque aussi la question de l'ouverture des commerces dits "non essentiels". "Je ne suis ni sourd ni aveugle, le débat est très vif, j'ai eu nombre de maires au téléphone aujourd'hui. En fait il faut lire les choses à l'envers, tous les commerces auraient dû fermer, puisque ce sont des lieux de contacts sociaux, ne sont maintenus ouverts que les commerces indispensables à la vie de nos concitoyens, les commerces alimentaires évidemment.

Le ministre de l'Economie et des Finances a rappelé hier que des dispositifs d'accompagnements financiers conséquents sont mis en place pour atténuer au maximum l'impact de ces fermetures durant quelques semaines".

Et de citer l'extension du fond de solidarité, le maintien du chômage partiel, le maintien des prêts garantis par l'Etat, de manière à ce que ces commerces puissent continuer à vivre.
 

L'éducation

Rien ne change pour les collèges ou les lycées. C'est à l'école primaire que des règles nouvelles vont s'appliquer à partir du lundi 2 novembre.

William Marois, le recteur d'académie indique que "sur le plan scolaire, écoles, collèges et lycées continuent d'accueillir les élèves sur la base d'un protocole renforcé.

Le port du masque grand public devient obligatoire pour tous les élèves de l'école élémentaire, du CP au CM2"
.
Le port du masque est donc obligatoire dans les écoles, et recommandé aussi à l'extérieur, à la demande du préfet, dans les rues environnantes, là où les parents viennent en nombre chercher les enfants.

Une ventilation des locaux devra être faite au minimum toutes les deux heures, le maintien des gestes barrières s'applique toujours.
Le brassage entre les classes sera renforcé, les élèves déjeuneront par classes, des mesures plus strictes d'entrées -sorties des élèves dans les établissements seront mises en place".

Le cas particulier de l'enseignement supérieur, le recteur rappelle que les cours seront donnés en distanciel, "seuls les travaux pratiques en biologie ou les gestes professionnels en santé, spécifiques sont autorisés par le recteur de région académique".

L'organisation des concours et examens est maintenue en présenciel, les bibliothèques universitaires restent ouvertes uniquement sur rendez-vous pour l'accès aux salles de lecture, et les Restos U doivent basculer dans la vente à emporter.
Les services de santé universitaires restent accessibles.


Les chiffres de l'épidémie

Il faudra deux à trois semaines pour constater les premiers effets de ce nouveau confinement. Dans les Pays de la Loire, le virus continue de toucher la population en profondeur.

Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'ARS, indique que "les chiffres de la mortalité sont mauvais, au moment de l'été nous étions à moins d'un décès par jour, à la rentrée nous sommes passés à deux et désormais nous déplorons la mort de 5 personnes chaque jour".

Plus que jamais la vigilance de chacun pourra permettre d'endiguer la circulation du virus et réussir collectivement ce reconfinement. Lavage des mains, port du masque, distanciation physique et aération des locaux sont plus que jamais nécessaires.

On dénombre 25 clusters dans des Ehpad des Pays de la Loire. L'ARS souligne la situation tendue dans ces établissements de santé. Les directeurs inquiets, indiquent devoir faire face à une fatigue évidente des salariés, les arrêts de travail et les accidents de travail se multiplient.
Si des résidents sont touchés par le covid, les personnels soignants le sont tout autant. Il devient difficile de trouver du personnel en remplacement pour assurer la continuité du service.

 
Les chiffres de l'épidémie au 31 octobre 2020 dans les Pays de la Loire
 incidence cas/100 000taux de positivité en %
Loire-Atlantique30315,6
Maine-et-Loire39818,3
Mayenne22216
Sarthe21214,7
Vendée22914,5
Nantes Métropole351non communiqué
Angers métropole431non communiqué
Laval203non communiqué
Le Mans253non communiqué
La Roche-sur-Yon168non communiqué



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société