• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Enquêtes de région

Un mercredi par mois, après le Grand Soir/3  
Logo de l'émission Enquêtes de région

Les Pays de la Loire et le cinéma : une belle histoire d'amour

Valérie Lemercier, Mathéo Boisselier et Kad Merad sur la plage des Dames / © Les Vacances du petit Nicolas
Valérie Lemercier, Mathéo Boisselier et Kad Merad sur la plage des Dames / © Les Vacances du petit Nicolas

Les Pays de la Loire aiment le cinéma et le cinéma le lui rend bien. De "Lola" à "Lulu femme nue", en passant par "Les Vacances de Monsieur Hulot", "Peau d'âne" ou encore "La Demoiselle d'honneur", la région a vu passer quantité de tournages, d'acteurs et de réalisateurs. Moteur...

Par Eric Guillaud

Quand on évoque le cinéma dans les Pays de la Loire, on pense immédiatement à "Lola" de Jacques Demy et notamment à cette scène mythique tournée dans le Passage Pommeraye à Nantes.

Le Passage Pommeraye mais aussi le Quai de la Fosse, La Cigale ou encore la rue de l'Abreuvoir aujourd'hui disparue, la capitale ligérienne partage le haut de l'affiche avec Anouk Aimée dans ce premier long métrage de Jacques Demy.

François Giraud, journaliste à dvdclassik y voit "une œuvre personnelle grâce au rôle clé joué par la ville de Nantes. Originaire de la région, Jacques Demy  brosse un portrait contrasté de la ville et de ses habitants. Il y montre à la fois l’ennui de la vie de province, à travers les yeux désabusés de Roland Cassard en quête d’un ailleurs plus exaltant, et la dimension féérique de la cité où le hasard des rencontres noue le destin des protagonistes. En se nourrissant de ses propres souvenirs, Jacques Demy explore les rues reculées de la ville, les bureaux de tabac, les librairies, les cafés et restaurants de quartier, les galeries commerçantes, la fête foraine et le cinéma Katorza. La multiplicité des lieux donne au film une vitalité chatoyante, accentuée par le dynamisme des nombreuses saynètes qui émaillent le récit."

À Nantes, j’ai connu de grands bouleversements. La guerre par exemple... Puis après, à 16 ans, j’ai découvert l’amour à Nantes. J’y ai aussi découvert le cinéma. J’y ai eu de grands chocs qui font que cette ville, je l’aime, et que j’ai envie d’y tourner (Jacques Demy)


"Lola", puis "Une Chambre en ville", plus tard encore "Jacquot de Nantes", Jacques Demy se fait un point d'honneur de mettre la ville, sa ville, en valeur. Après le Passage Pommeraye ou le Quai de la Fosse viennent la rue du Roi-Albert et la non moins mythique scène de la manifestation, la Place du Bouffay, le Cours Saint-Pierre, l'allée des Tanneurs... En trois films, le réalisateur signe un hommage singulier à Nantes, quasiment une opération de promotion touristique sur laquelle l'office de tourisme de Nantes Métropole ne manque pas de rebondir quelques années plus tard en proposant un circuit-découverte intitulé "Une balade avec Jacques Demy". Le cinéma au service du patrimoine et du tourisme !

Petit retour en arrière. Avant le développement du tourisme de masse, justement, Jacques Tati et son équipe envahissent la petite plage de Saint-Marc-sur-Mer pour tourner "Les Vacances de Monsieur Hulot". Nous sommes au tout début des années 50. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Un film culte bien sûr et une renommée internationale pour la minuscule station balnéaire...

les vacances de monsieur hulot

Aaah les belles vacances ! Avec sa large façade atlantique, difficile de résister à l'appel des vacances. Quelques dizaines d'années après Jacques Tati et "Les vacances de Monsieur Hulot", Laurent Tirard plante lui aussi ses caméras dans le sable ligérien pour tourner "Les Vacances du petit Nicolas". Cette fois, c'est la plage des Dames sur l'île de Noirmoutier qui est choisie.

Dans une interview accordée au site Commeaucinéma.com, le réalisateur explique son choix : "Avec sa taille, sa forme en croissant de lune, le petit hôtel qui la surplombait et la forêt qui la borde, elle avait un côté idéal proche de l’univers du Petit Nicolas. C’était une évidence pour nous de tourner là-bas".

L'Hôtel de la plage est renommé pour l'occasion Hôtel Beau Rivage et les petites cabines en bois sont repeintes de couleurs vives. Au delà des retombées économiques immédiates, estimées à 3 millions d'euros pour Noirmoutier et la Vendée, le film, sorti durant l'été 2014, assure pendant plusieurs semaines la promotion de l'île. De quoi espérer pour les années à venir une augmentation substantielle du nombre de touristes.

Les Vacances du Petit Nicolas - Bande-annonce officielle HD
Et ils sont nombreux les films tournés en totalité ou en partie dans la région. "Peau d'âne", un autre film de Jacques Demy, "La Baule-les-Pins", de Diane Kurys, "La Chambre bleue", de Mathieu Amalric, "La Demoiselle d'honneur", de Claude Chabrol, "Marthe", de Jean-Loup Hubert, "César et Rosalie", de Claude Sautet, "En Solitaire", de Christophe Offenstein, "Ni à vendre ni à louer", de Pascal Rabaté ou encore "La Famille Bélier" d'Eric Lartiau, un film tourné dans le Nord-Mayenne qui rencontre un énorme succès avec 3,5 millions d'entrées enregistrées à ce jour.
La Famille Bélier – Bande annonce HD

Cinéma mais aussi télévision, la région accueille régulièrement des tournages de séries et de téléfilms comme Nicolas le Floch au Mans, Clémenceau, La Reine et le Cardinal ou la mini-série Monsoreau.

Alors, les Pays de la Loire, terre de cinéma ?

Selon les chiffres fournis par Film France, la région se classe en 2013 au 7e rang en nombre de jours de tournage de longs métrages français, loin derrière Paris Ile-de-France, PACA ou Rhône-Alpes. Le BAT, le Bureau d'Accueil des Tournages des Pays de la Loire, fait état pour sa part de 194 jours de tournage en moyenne par an depuis 2009, toutes productions confondues, et relève les atouts de la région : la proximité de la région parisienne, la diversité des décors, la richesse du patrimoine architectural, les nombreuses compétences locales...

A lire aussi

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité