pays de la loire
Choisir une région

ENSEMBLE C'EST MIEUX !

Du sourire, des rencontres, des invités et des échanges de bons-plans. Du lundi au vendredi à 10h45
Logo de l'émission ENSEMBLE C'EST MIEUX !

Emploi : le métier de façonnier recrute en Pays de la Loire

David Le Moal, façonnier en imprimerie / © O.H.N.K Productions
David Le Moal, façonnier en imprimerie / © O.H.N.K Productions

Massicotage, encartage, reliure... des opérations qui donnent aux livres leur forme définitive. Aux commandes, le façonnier, dernier maillon de la chaîne graphique. Découverte de ce métier qui recrute avec Nama Keita et David Le Moal.

Par Claude Bouchet

Nama Keita et David Le Moal nous parlent du métier


Donner un aspect définitif au document imprimé


Aux commandes d'une machine de finition, le façonnier est le dernier maillon de la chaîne graphique. C'est donc lui qui donne au livre, magazine ou dépliant son aspect définitif. Sa mission : procéder aux réglages à partir du dossier fourni par le client (transformation à réaliser, machine à utiliser...) et vérifier la qualité du produit pendant sa fabrication. Chargé également de l'entretien de la machine au quotidien, il doit être capable d'intervenir en cas de panne simple.

Couper, plier et assembler

Le façonnier peut être affecté à différentes machines. Sur une massicoteuse, par exemple, il prend en charge la coupe de papier en veillant au respect des dimensions.
Sur une plieuse, il constitue des cahiers à partir des piles de feuilles. Ou encore, sur une relieuse, il assemble les cahiers par agrafage, couture ou collage. À noter toutefois que le façonnier est souvent polyvalent.

Contrôler des commandes numériques

Les professionnels calculent les données à enregistrer sur ordinateur à partir de paramètres tels que les types de papier, de carton ou de colle. Ils contrôlent les produits en cours de fabrication grâce à des appareils de mesure sophistiqués.

Compétences requises

 

Quelques professionnels opèrent encore à la main. Ce sont alors de véritables artisans d'art spécialisés dans la reliure de cuivre, la dorure..., capables de proposer eux-mêmes des projets de finition aux clients.

Gérer le stress lié aux délais

Une machine qui tombe en panne, des délais très serrés... les nerfs sont quelquefois soumis à rude épreuve. Savoir gérer le stress est donc une nécessité pour agir vite et bien. De plus, une certaine résistance physique permet de supporter les manutentions et les heures passées debout.

Faire preuve de minutie et de rigueur

Les réglages des machines se jouent parfois au centième de millimètre près, réclamant une grande minutie. Et beaucoup de rigueur dans le choix des paramètres : à chaque papier, sa colle, à chaque support, son format... De plus, un façonnier doit connaître l'ensemble de la chaîne graphique (prépresse, impression, finition), les matériaux (papier, carton...) et les produits finis (livres, cartes, emballages...).

S'adapter aux évolutions

Des compétences en électronique et en mécanique sont indispensables, mais insuffisantes. Avec l'arrivée de l'informatique, il faut savoir programmer les machines et s'adapter aux évolutions technologiques.

Une grande rigueur​

L'activité, sédentaire, s'exerce le plus souvent debout, en atelier, dans une atmosphère bruyante. Les horaires sont organisés à la journée. Les machines et la présence de matières dangereuses exigent le respect de certaines consignes de sécurité et des procédures de fabrication.

Des délais serrés

De même, la maîtrise de la qualité et la rapidité d'exécution doivent être constantes. Car la moindre erreur peut être lourde de conséquences. La programmation informatique permet certes d'accroître les performances, mais les délais sont de plus en plus serrés. D'où un certain stress pour le façonnier.

Seul ou en équipe

Certains façonniers indépendants arrivent à vivre, plus ou moins bien, grâce à des services à la carte tels que le pelliculage de couverture (film de plastique protégeant la couverture). Toutefois, la plupart des professionnels sont salariés, travaillant seuls ou en équipe, sous la direction d'un chef d'atelier. Avec l'expérience, le façonnier peut coordonner et planifier le travail d'une équipe en contrôlant l'ensemble de la production, en tant que contremaître ou chef d'atelier.

Carrière et salaire​


L'arrivée des nouvelles technologies et la concurrence des grands groupes ont mis à mal les PME artisanales, jusque-là majoritaires. Pourtant, le secteur retrouve des couleurs, avec une progression des effectifs.

De réels débouchés

Confrontées aux 35 heures et aux départs à la retraite, les entreprises ont du mal à remplacer leur personnel. Ainsi, les besoins en façonniers, notamment en massicotiers (qui coupent le papier), n'ont jamais été aussi importants. Aujourd'hui, les deux tiers des postes à pourvoir dans les industries graphiques concernent l'impression et la finition. Les salariés qualifiés bénéficient donc de réels débouchés et de nombreuses possibilités d'évolution.

Salaire du débutant

A partir du Smic.


Accès au métier​


En ce qui concerne les techniques traditionnelles de conception à la main, on peut citer le CAP arts de la reliure, le BMA art de la reliure et de la dorure et le DMA arts graphiques option reliure-dorure.

  • Niveau CAP-BEP : CAP arts de la reliure
  • Niveau bac : Bac pro production imprimée, MC finition-façonnage de produits imprimés et BMA art de la reliure et de la dorure.
  • Niveau bac + 2: DMA arts graphiques, option reliure-dorure
  •  

Où se trouve les emplois dans notre région ?​

Pour découvrir où se localise les emplois d'agent de sécurité dans notre région, il suffit de cliquer ici

A lire aussi