pays de la loire
Choisir une région

La France en vrai !

Le rendez-vous documentaire de France 3 Pays-de-la-Loire Une case hebdomadaire qui vous propose le meilleur du documentaire en Pays de la Loire : des enquêtes, des sujets de société qui intéressent notre région, des histoires de vie, des rêves et des révoltes. Étonnez-vous chaque lundi soir !
Logo de l'émission La France en vrai !

DOCUMENTAIRE. Agriculteurs sous tension, l'omerta française - Nathalie Barbe raconte son enquête

Nathalie Barbe, interrogée par Virginie Charbonneau nous raconte son travail d'enquête qui a permis ce documentaire qui sera diffusé lundi 14 septembre à 23.05 / © France Télévision
Nathalie Barbe, interrogée par Virginie Charbonneau nous raconte son travail d'enquête qui a permis ce documentaire qui sera diffusé lundi 14 septembre à 23.05 / © France Télévision

Depuis 30 ans on tente de faire taire les agriculteurs qui dénoncent l’impact des rayonnements électromagnétiques sur leurs animaux. Nathalie Barbe, interrogée par Virginie Charbonneau nous raconte son travail d'enquête qui a permis ce documentaire qui sera diffusé lundi 14 septembre à 23.05

Par Florence Thibert

La Réalisatrice

Nathalie Barbe est auteure et réalisatrice spécialiste du monde agricole.
"Agriculteurs sous tension ; l'omerta française" est son 5ème documentaire.


Elle parcourt depuis longtemps la campagne, visite les exploitations agricoles et mesure l'ampleur du scandale sanitaire et politique qui se prépare : "la parole recueillie met en lumière une intrigue indissociable de la sphère politique où des parlementaires locaux et des élus de Chambres d'Agriculture n'auraient pas hésité à proposer de coquettes sommes d'argent en échange du silence des agriculteurs. Ceux qui ont refusé peuvent témoigner librement aujourd'hui. Ils dénoncent des tentatives d'intimidation et des mises sur écoute".

► Nathalie Barbe, interrogée par Virginie Charbonneau nous raconte son travail d'enquête qui a permis ce documentaire qui sera diffusé lundi 14 septembre à 23.05
 


"Agriculteurs sous tension, l'omerta à la française" est une enquête inédite sur les dessous d'un scandale sanitaire et politique.

30 ans que Serge Provost, ancien agriculteur devenu chauffeur de bus, se bat pour faire reconnaître l'impact des ondes électromagnétiques sur les hommes et les animaux. Il a tout perdu, son métier, sa femme. Ses vaches toujours malades et stressées ne produisaient plus de lait. Il accuse alors la ligne THT (Très Haute Tension) Cotentin-Maine d'être à l'origine de ses malheurs. Les élus ne l'entendent pas de cette oreille. L'intérêt public général avant tout. Le silence par-dessus tout !

Les agriculteurs qui ont osé dénoncer la responsabilité des lignes Haute Tension et Très Haute Tension dans les déboires sanitaires de leur cheptel se sont fait massacrer.

En mai 2018 Serge Provost se met au service d'un collectif sarthois qui élargit la bataille aux antennes-relais, aux éoliennes et aux panneaux photovoltaïques. La présidence lui est confiée. Dorénavant, les agriculteurs vont pouvoir mener une bataille judiciaire.

Didier et Isabelle Brault, membres de ce collectif ont décidé de témoigner. Avec leur fils, ils ont été diagnostiqués électrosensibles.

Suite à leur témoignage paru dans un hebdomadaire Sarthois (l'Avenir Agricole) d'autres agriculteurs se sont faits connaître et ont rejoint le mouvement. Ils viennent de la Mayenne, de la Sarthe, de Bretagne, de l'Orne et de l'Eure-et-Loir. Ce collectif sarthois est passé de 6 à une trentaine de sympathisants.
Une partie des membres du collectif d'agriculteurs sarthois / © France Télévisions - Bonobo Productions
Une partie des membres du collectif d'agriculteurs sarthois / © France Télévisions - Bonobo Productions


Tous font le même constat : grande nervosité des animaux, refus d'aller à la traite, baisse de la production laitière et de sa qualité, chute de la reproduction et mortalité anormale.

Ce collectif a un soutien de poids : Paul François, agriculteur qui a gagné son troisième procès contre Monsanto. Il est venu au Mans pour évoquer une stratégie judiciaire accompagnée de la sociologue Annie Thébaud-Mony présidente de l'association Henri Pézerat (du nom de son mari lanceur d'alerte qui a contribué à faire interdire l'amiante en France en 1997).

Ils ont proposé la mise sous protection des documents conservés par les agriculteurs au fil de leur combat. Ces documents pourraient à terme constituer des preuves.