Festival International de la bande dessinée d'Angoulême 2023 du 26 au 29 janvier : 10 bonnes raisons d'y aller !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eric Guillaud .

C'est LE rendez-vous incontournable de la bande dessinée en France, l'un des plus grands et réputés au monde, il fête cette année ses cinquante ans. Et si vous cherchez encore une bonne raison pour vous y rendre, vous la trouverez ici...

1. C'est la cinquantième édition ! Et rien que pour ça, le festival mérite le détour. Lancé en janvier 1974, on ne parlait pas encore de festival mais de salon de la bande dessinée avec tout de même une envergure internationale fièrement affichée, l'événement rassemble près de 10 000 passionnés et quelques pointures du neuvième art, parmi lesquels Hermann, Jacques Martin, Dany, Tibet, Burne Hogarth, André Franquin, Jean Giraud, Alexis, Gotlib, Claire Bretécher, Harvey Kurtzman. Hugo Pratt signe l'affiche. Coup d'essai, coup de maître, la ville d'Angoulême n'est pas encore la capitale mondiale de la bande dessinée comme le prétendit alors le journaliste d'un grand quotidien national mais elle va s'y atteler pour le devenir !

2. Tout le neuvième art sera là. Ou presque ! Vous avez peut-être essayé de trouver une chambre d'hôtel sur Angoulême ? Impossible. Tout est complet depuis des lustres. Il faut dire que la ville accueille pendant quatre jours des centaines d'auteurs venus d'un peu partout, de France bien sûr, mais aussi du Japon, des États-Unis, de Belgique, de Suisse, d'Angleterre, d'Espagne, des milliers de professionnels en tout genre, éditeurs, journalistes, attachés de presse... et des dizaines de milliers de visiteurs sur une bonne trentaine de sites et plus de 30 000 mètres carrés dédiés.

3. Un festival tourné vers l'avenir. Fêter cinquante ans d'histoire(s), c'est bien, prévoir l'avenir c'est mieux. C'est exactement ce qui a guidé les organisateurs cette année en imaginant cette 50e édition comme une "préfiguration du futur du festival" avec "des développements destinés à s'affirmer dans les années à venir", notamment avec le renforcement des pôles thématiques tels que le Quartier manga ou le Quartier jeunesse, et la création d'un quartier dédié à la nouvelle création ou encore au marché de l'art.

4. Une dizaine d'expos au menu... Sans Bastien Vivès ! L'exposition qui devait être consacrée à l'auteur d'Océan noir, Quatorze juillet, Le Goût du chlore ou encore Petit Paul a été tout simplement annulée par le festival. Inutile de revenir sur l'affaire Bastien Vivès ici, chacun pourra se faire une petite idée sur la chose dans la presse ou sur les réseaux sociaux. Pas de Bastien Vivès donc mais une bonne dizaine d'expositions à travers la ville autour des 50 ans du festival, de L'Attaque des Titans, de Julie Doucet, de Marguerite Abouet, de Philippe Druillet, de Ryōichi Ikegami ou encore de la couleur en BD. 

5. Des dédicaces mais aussi... des rencontres, des masterclass, des tables rondes, des conférences qui donnent la parole aux auteurs, aux éditeurs, aux spécialistes, et même un spectacle, un concert dessiné avec Ana Carla Maza et Aude Picault.

6. Un concours. Véritable tremplin pour les jeunes talents, Catherine Meurisse, Jérémie Moreau, ou Cécile Bidault sont passés par là, le concours de la BD scolaire est ouvert à tous les enfants et adolescents scolarisés de la grande section de maternelle à la terminale. C'est cette année sa 49e édition, vous avez jusqu'au 3 mars 2023 pour y participer.

7. Une compétition officielle. 

Quarante-six albums ont été retenus dans la sélection officielle et seront donc en compétition pour les différents Fauve, à savoir les Prix du meilleur album, Prix spécial du jury, Prix révélation, Prix des lycéens et Prix du public France Télévisions.

À cela s’ajoutent les Fauve… Prix du Polar SNCF, Prix du patrimoine, Prix jeunesse, Prix spécial du grand jury jeunesse, Prix de la BD alternative et l'Eco Fauve Raja.

Le Palmarès officiel du festival International de la Bande dessinée sera dévoilé le samedi 28 janvier 2023 à 19 h à l’occasion de la cérémonie officielle des Fauve au Théâtre d’Angoulême.

8. France Télévisions dans la place... 

Pour la quatrième année consécutive, France Télévisions s’associe au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour décerner le Fauve d’Angoulême – Prix du public. Huit albums ont été présélectionnés par un comité de journalistes et de spécialistes de la littérature de France Télévisions, le lauréat sera choisi par un jury de neuf lecteurs samedi 28 janvier…

9. Spin Off, un festival dans le festival

Le Spin Off est le pendant underground du festival d’Angoulême. Il réunit la micro-édition et l’auto-édition, un véritable laboratoire de recherche tous azimuts… Ici, les auteurs peuvent expérimenter en toute liberté et chercher à décloisonner la bande dessinée, à en repousser les limites en la confrontant aux techniques, aux nouvelles technologies et aux autres expressions artistiques.

10. Et tout le reste...

Le festival, c’est aussi, bien évidemment, l’occasion de rencontrer ses auteurs préférés en dédicaces, de découvrir la richesse du neuvième art à travers toute une série d’animations et d’arpenter une ville qui depuis 50 ans accueille l’un des rendez-vous phares du neuvième art…

Plus d'infos sur le festival ici

Toute l'actualité du neuvième art sur notre blog dédié et sur notre site web

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité