Canal de Suez bloqué : pas de conséquence pour le Grand Port de Nantes Saint-Nazaire

Le blocage de la circulation des navires dans le canal de Suez aurait pu avoir des conséquences jusque sur l'activité du Grand Port de Nantes Saint-Nazaire mais la reprise du trafic est intervenue assez tôt pour ne pas impacter le port ligérien.

Bloqué près de la ville de Suez en Egypte, en travers, près de l'entrée sud du canal du même nom, le porte-conteneurs géant Ever Given donne des sueurs froides à l'économie mondiale jusqu'à avoir un impact sur les places boursières. 

Il faut dire que le canal de Suez, de près de 200 kilomètres de long, voit passer 10 % du trafic maritime mondial. Ce qui est aussi l'explication de l'incident puisque les navires s'y engagent en file indienne en se suivant de près, quotidiennement, et l'Ever Given fait quelques 400 m de long, de quoi obstruer ce lieu stratégique en cas de mauvaise manœuvre.

Près de 6 000 km au nord-ouest de l'incident, on aurait pu, dans le Grand Port de Nantes Saint-Nazaire, en subir les conséquences mais l'annonce de la reprise du trafic soulage ici aussi.

 

Pas d'impact sur le port de Nantes Saint-Nazaire

L'inaccessibilité du canal n'a en fait pas impacté le port de Nantes Saint-Nazaire car celui-ci n'est pas en relation direct avec cette partie du monde. Le trafic maritime international qui concerne le port ligérien va  principalement vers les Antilles, l'Amérique (Mobile en Alabama) et l'Afrique de l'ouest.

Les conséquences sont plus pour les grand hubs maritimes comme Rotterdam, Anvers ou, en France, Le Havre.

C'est dans ses relations avec ces ports que celui de Nantes, aurait pu, en conséquence, être touché par cet arrêt d'une semaine du trafic dans le canal de Suez.

 

Trois jours pour résorber le trafic

L'amiral Osama Rabie, président de l'Autorité du canal de Suez, a annoncé ce lundi la reprise du trafic de navigation dans le canal après la remise à flot de l'Ever Given.

Il estime qu'il faudra plus de trois jours pour désencombrer les entrées où se sont accumulés quelques 400 navires en attente de pouvoir passer.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ports économie transports transports maritimes