Coronavirus : en Pays de la Loire, un 3e décès et 23 personnes en réanimation ce jeudi 19 mars

© Jean-Marc lalier
© Jean-Marc lalier

"On voit bien que la vague va traverser la France. C'est une question de jours pour les Pays de la Loire" a déclaré ce jeudi Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'Agence régionale de Santé lors d'une nouvelle visio-conférence de presse.

Par Christophe Amouriaux

Une troisième personne est décédée au CHU de Nantes du Covid 19, a annoncé ce jeudi l'Agence régionale de Santé (ARS). C'est une femme âgée de 95 ans originaire de Loire-Atlantique. Au total, 23 personnes sont ce jour en réanimation dont 13 sont confirmées Covid 19 et 10 autres en attente de résultat. A noter aussi que 5 Ehpad sont touchés dans la région avec des résidents ou des personnels qui présentent des symptômes.
 

Les cas par département

Réanimation. En Loire-Atlantique, 12 personnes sont en réanimation à Nantes (dont 6 cas confirmés). En Vendée, 4 personnes sont en réanimation à La Roche-sur-Yon (dont 1 cas confirmé). Dans le Maine-et-Loire, 6 personnes sont en réanimation à Angers (dont 3 cas confirmés), 2 personnes à Cholet (dont 1 cas confirmé). En Mayenne, 4 personnes sont en réanimation à Laval (dont 2 cas confirmés).

Ehpad. Dans la Sarthe, 2 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes sont concernés avec parmi les personnes touchées une femme de 97 ans qui a été hospitalisée. En Vendée, 2 établissements sont également concernés. Dans le Maine-et-Loire, un seul établissement est concerné.

Il n'y a pas d'explosion des chiffres dans la région pour l'instant mais lors de sa visio-conférence de presse de ce jeudi, le directeur de l'ARS Jean-Jacques Coiplet a rappelé l'ampleur de la crise : "La circulation du virus est active sur tout le territoire, y compris en Pays de la Loire. On voit bien que la vague va traverser la France. C'est une question de jours pour les Pays de la Loire".

Il a aussi répété que "le confinement n'est pas une période de vacances". Il a regretté que tout un chacun n'a pas toujours compris les enjeux. "Plus le confinement sera respecté, moins la vague à venir sera haute". Ce qui se passe dans le Grand Est n'est pas une fiction."
 

Objectif : 1 000 places en réanimation

Le docteur Thierry Le Guen, responsable des situations exceptionnelles à l'ARS, a décrit le déploiement progressif de nouveaux lits de réanimation. "D'ici dimanche, on va passer de 200 lits environ à 400. Ensuite, des places seront trouvées en salle de réveil si besoin avec des respirateurs d'anesthésie-réanimation." La capacité sera alors de 600 à 700 places. Pour aller encore plus loin si besoin, "on travaille aussi sur une stratégie de catastrophe". En cas de très forte affluence, des respirateurs de transports pourront être utilisés pour des patients qui n'auraient pas encore besoin d'être sous un gros respirateur. Cela leur permettrait de passer un cap. "L'objectif est d'aller jusqu'à 1 000 places, en espérant qu'on n'aura pas besoin de les utiliser".
 

Les masques arrivent en nombre pour les professionnels

"Les approvisionnements de masques sont en cours" s'est félicité Jean-Jacques Coiplet. Il a annoncé des livraisons ce jeudi et demain vendredi dans les hôpitaux de référence avant un déploiement vers toutes les structures de soin et les médecins libéraux. Au total, près d'un million de masques seront distribués en plusieurs vagues (900 000 masques chirurgicaux et 57 000 masques FFP2). Ceci permettra d'assurer 3 masques par jour et par soignant.
 

Soulager les appels au 15 toujours surchargé

Il ne faut pas systématiquement appeler le 15. C'est l'un des conseils de l'ARS qui rappellent que "85% des personnes qui vont avoir le virus auront des symptômes légers". Pour ces personnes qui sont invitées à rester confinées à domicile, il faudra d'abord appeler leur médecin traitant pour ne pas surcharger le 15. "On est en train de travailler au déploiement de la téléconsultation" précise Jean-Jacques Coiplet.


 

Sur le même sujet

Les + Lus