Covid-19 : l'ARS confirme une baisse du nombre de cas en Pays de la Loire mais appelle à rester vigilant

Lors d'un point fait ce jeudi 19 novembre, l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire a confirmé la tendance que nous évoquions ce mercredi à savoir une baisse du nombre de cas mais il convient de ne pas relâcher l'effort.

L'Agence Régionale de la Santé à Nantes
L'Agence Régionale de la Santé à Nantes © France Televisions - Jean-Marc Lalier
"On a l'impression qu'on est en train de maîtriser un peu plus la situation" dit très prudemment le directeur de l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire, Jean-Jacques Coiplet. Aimant à filer la métaphore sportive, Jean-Jacques Coiplet a souhaité maintenir une certaine pression. "L'équipe ligérienne joue plutôt bien. Mais, a-t-il poursuivi, il ne faut pas relâcher nos efforts, on n'est pas au tournant du match. Mais, probablement, nous commençons à ressentir les effets du confinement."

Ce qu'a confirmé le Docteur Pierre Blaise, directeur scientifique à l'ARS des Pays de la Loire "C'est vraisemblablement parce que la population maîtrise mieux les conditions de circulation du virus. Elle a su modifier de façon efficace son comportement." Deux chiffres sont donnés à l'appui de ce constat : le taux d'incidence (le nombre de personnes positives pour 100 000 habitants) qui était ce mercredi déjà en baisse avec 198 cas pour 100 000 habitants et est passé ce jeudi à 171, confirmant cette baisse.

"Toutes les simulations montraient (avant le reconfinement) qu'on allait atteindre la saturation des services de santé, ce ne sera peut-être pas le cas" note Pierre Blaise.

Le nombre d'élèves testés positifs dans la région, est lui aussi en baisse (907 contre 1 000 il y a quelques jours) a-t-on ajouté au Rectorat qui participait à ce point. Seules deux classes et un collège (en Vendée) ont été fermés.


La réouverture de lieux de culte pas raisonnable

Concernant le demande qui est faite de rouvrir les lieux de culte, demande qui avait motivé des manifestations dans la région dimanche dernier, elle ne paraît pas raisonnable. En fait, les lieux de culte restent ouverts mais les offices n'y sont pas autorisés afin d'éviter les rassemblements.

Et cette mesure est défendue par le Dr Pierre Blaise. "Ce sont des lieux de transmission possible" rappelle-t-il. La situation semble donc s'améliorer mais les autorités présentes à ce point presse ont toutes insisté sur la nécessité de ne pas relâcher les efforts. Le Préfet de Région, Didier Martin, a notamment rappelé que nous étions passés en situation d'alerte renforcée avec un taux d'incidence de 150 cas pour 100 000 habitants. 

Et nous sommes encore bien au dessus.
 

Délinquance en forte baisse

Un point a été fait également par le préfet de Loire-Atlantique concernant la délinquance. Elle est en forte baisse, comme lors du premier confinement. Les cambriolages et les violences sur la voie publique sont bien moins nombreux mais ce qui inquiète, c'est, comme au printemps, une augmentation des signalements de violences dans les foyers. "Les forces de l'ordre constatent beaucoup de cas de violences intrafamiliales" a précisé le préfet Didier Martin.
 

La situation dans les prisons

La situation sanitaire (concernant la Covid-19) semble, pour le moment, rassurante dans les prisons des Pays de la Loire. Un seul cluster a été signalé, "un petit cluster" dit-on à l'ARS, dans la prison de Coulaines, dans la Sarthe avec 6 cas déclarés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société