• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : 2ème ville préférée des cadres parisiens

Selon une enquête de Cadremploi, 42% des cadres parisiens interrogés muteraient volontiers à Nantes / © BizanceNCo / CC flickr
Selon une enquête de Cadremploi, 42% des cadres parisiens interrogés muteraient volontiers à Nantes / © BizanceNCo / CC flickr

Bordeaux reste en tête encore cette année au palmarès réalisé par Cadremploi, des villes préférées des cadres parisiens, mais Nantes passe de la 3ème à la seconde place devant Lyon, lassés des transports les cadres envisagent sérieusement de bouger vers les régions

Par Christophe Turgis

Huit cadres parisiens sur dix envisagent de quitter la capitale dans un avenir proche, lassés par les problèmes de transport et de logement, et avec Bordeaux comme destination préférée, selon une étude de Cadremploi.

Les personnes interrogées se déclarent à 53% peu ou pas du tout satisfaites de leur situation, principalement à cause du temps de transports (70% des réponses), du coût des loyers (58%) et de la vie (55%), et du manque de proximité avec la nature (46%).
Les attraits de la capitale (postes intéressants, vie culturelle...) ne suffisent plus à convaincre les cadres de rester, puisque 80% d'entre eux disent envisager "peut-être" (36%) ou "certainement" (44%) un déménagement en région.

Parmi ces cadres tentés par un mouvement, trois quarts affirment vouloir partir dans les trois ans à venir, la plupart avec l'intention de vendre leur logement ou de mettre fin à leur location à Paris.


Nantes passe à la deuxième place

Comme l'an passé, l'étude place Bordeaux en tête des villes les plus séduisantes (54%) pour les candidats au départ, devant Nantes (42%) qui chipe la deuxième place à Lyon (41,5%). Le reste du classement est inchangé, avec Toulouse, Montpellier, Nice, Rennes puis Marseille.

Séduits par le cadre de vie (87%) et l'équilibre entre vies professionnelle et personnelle (64%) que pourrait leur procurer la province, les cadres parisiens se disent très majoritairement prêts à des concessions (baisse de salaire, reconversion, etc.) pour partir.

L'enquête a été réalisée par Cadremploi en juillet par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon de 4.078 candidats.

avec AFP

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus