Nantes : l'arbre aux hérons a du plomb dans l'aile

La branche prototype de l'Arbre aux Hérons, projet de François Delarozière et Pierre Oréfice ne se fera pas sur ce mandat indique Johanna Rolland présidente de Nantes Métropole / © Les Machines de l'Île © Jean-Dominique Billaud
La branche prototype de l'Arbre aux Hérons, projet de François Delarozière et Pierre Oréfice ne se fera pas sur ce mandat indique Johanna Rolland présidente de Nantes Métropole / © Les Machines de l'Île © Jean-Dominique Billaud

Johanna Rolland a confirmé "sa volonté de poursuivre l'aventure des Machines" mais que "l'arbre aux hérons ne pourra pas se réaliser au cours de ce mandat" 

Par Christophe Turgis

Les deux créateurs et promoteurs des Machines de l'Île, François Delarozière et Pierre Oréfice ont fait, avec Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, le point sur leur projet d'Arbre aux hérons. 3ème pièce du projet des Machines de l'Île après le Grand éléphant et le Carroussel des Mondes marins, l'Arbre aux hérons serait un projet intriquant structure mécanique végétale et ludique. Le public peut en voir une branche prototype à proximité du Grand éléphant.

Johanna Rolland souligne que "les Machines sont un atout incomparable pour Nantes, son rayonnement et son attractivité en France comme à l'international. Les Nantaises et les Nantais sont profondément attachés aux Machines de l’île qui occupent une place particulière dans l’imaginaire collectif, avec leur créativité, leur part de rêve et un véritable savoir-faire industriel et technologique. Les événements particuliers, comme les sorties du Cheval dragon, sont des moments forts qui ont vocation à se renouveler pour animer le site des chantiers".


Une question de gros sous

"D’une part, au moment où nous devons faire au cours de ce mandat des efforts budgétaires considérables, le montant de l’investissement est trop élevé. Ce projet ne pourrait, en tout état de cause, voir le jour qu'à la condition de recueillir à minima un tiers de financements privés", poursuit Johanna Rolland. Le travail entrepris par les Machines pour mobiliser les entreprises montre que des acteurs économiques sont prêts à s’engager. Cette démarche n'en est qu'à ses débuts. Il faut encore explorer les voies permettant de consolider les engagements de principes pris, tout en recherchant le concours d’autres entreprises privées et des financements participatifs type crowdfunding.

L'arbre aux Hérons a-t-il encore une place dans la ville ?

D’autre part, selon le Maire de Nantes, aucun des terrains aujourd'hui envisagés sur l’Île de Nantes ne pourrait à terme accueillir l'Arbre aux hérons dans de bonnes conditions économiques, urbaines et paysagères. Pour Johanna Rolland, "il est donc nécessaire de travailler sur de nouvelles hypothèses.


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus