• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : la Tan pérennise les arrêts des bus à la demande la nuit

L'arrêt à la demande dans les bus la nuit est pérennisée à Nantes / © nantes.fr
L'arrêt à la demande dans les bus la nuit est pérennisée à Nantes / © nantes.fr

Le réseau de transports publics nantais a expérimenté durant 6 mois les arrêts des bus à la demande pour les femmes la nuit, une cinquantaine de personne en ont fait usage, en dépit du peu de personnes touchées, la Tan pérennise ces arrêts nocturnes à la demande.

Par Christophe Turgis

C'était une demande du Secrétariat d'État chargé du droit des femmes pour lutter contre le harcèlement sexiste, que toute personne puisse quitter le bus le soir sans attendre l'arrêt réglementaire pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun et la rassurer en lui évitant un trop long trajet à pied à parcourir dans des espaces peu sécurisants la nuit. Le réseau de transport public de Nantes-Métropole est le seul à avoir répondu à cette demande d'expérimentation. Il est donc le seul aussi à pérenniser cette organisation du transport urbain en soirée.


Les conditions de l'expérimentation étaient les suivantes :

  • L’arrêt à la demande s’effectuait sur le service de nuit uniquement, soit après 22h30 sur toutes les lignes de bus (sauf tramway, busway, navette aéroport et Luciole), ce qui représente environ une dizaine de lignes, jusqu’à minuit et demi (2h30 la nuit de samedi à dimanche).
  • La demande devait être faite de vive voix auprès du conducteur au moins à l'arrêt précédent
  • La descente s’effectuait uniquement par la porte avant
  • La décision du point précis de descente était prise par le conducteur qui jugeait de la pertinence et la sécurité de l'arrêt.


Quelques chiffres :

Environ 1500 à 3500 personnes selon les soirées (semaine / week-end) empruntent le réseau du service de nuit.
Une cinquantaine d’arrêts à la demande ont été effectués sur six mois.
Les lignes, où l’arrêt a été demandé, sont : la C1 (21% des demandes), la C4 (18%), la C6 (16%), la 36 (14%), la C3 (10%), la 71 (8%), la C5 et la C2 (8% au total), la 86 (5%).
Les arrêts demandés sont plutôt situés en fin de ligne (là où les écarts entre arrêts peuvent être plus longs et situés sur des zones moins fréquentées par rapport au centre-ville); exemple sur la C1 : Chocolaterie ou Croissant, la C4 (les Faulx), la C6 (Embellie).
Les horaires des demandes : essentiellement entre 23 heures et 1 heure du matin.


Un cadre pour les clients comme pour les conducteurs

Le dispositif est mis en place pour toute personne (homme/femme) le demandant, et aucune réclamation de la clientèle pour refus d’arrêt n’a été enregistrée. Ce service a été utilisé de manière rationnelle par la clientèle, sans abus.
Pour les conducteurs : ce service apporte un cadre réglementaire pour une action non intégrée à ce jour dans le fonctionnement des transports publics et permet de protéger à la fois le conducteur dans son action d’aide au client mais aussi pour ce dernier qui se sent rassuré lors de sa demande d’arrêt.

La Semitan

C’est une SEM (société d’économie mixte) qui possède dans son capital 65% de capitaux publics (Nantes Métropole) et 35% de capitaux privés (Transdev, banques, associations). Liée par un contrat de délégation de service public de 7 ans avec Nantes Métropole, la SEMITAN exploite le réseau de transport en commun de l’agglomération nantaise. Elle est aussi mandatée pour construire, rénover et sécuriser le réseau. 132,6 millions de voyages et 27,7 millions de kilomètres effectués en 2015. Elle emploie actuellement 1879 salariés dont 1205 conducteurs. www.semitan.fr

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus