Coupe de la Ligue - Nantes ne peut rien lâcher

Sergio Conceiçao, le nouvel entraineur du FC Nantes / © Franck Dubray - MaxPPP
Sergio Conceiçao, le nouvel entraineur du FC Nantes / © Franck Dubray - MaxPPP

Pour la première sur le banc de son nouvel entraîneur Sergio Conceiçao, qui vit "les choses avec intensité, avec passion", Nantes, à la peine en L1, ne pourra
pas faire l'impasse sur le 8e de finale de Coupe de la Ligue mardi, contre Montpellier (18h45). Pas le genre du nouveau coach.

Par FB avec AFP

Une saison ratée, c'est souvent une suite de petites contrariétés accumulées et le match de championnat prévu samedi contre Caen, mais finalement reporté, entre indubitablement dans cette catégorie.
L'épaisse nappe de brouillard qui recouvrait la Beaujoire, comme un symbole de la situation troublée chez les Canaris, a empêché le nouveau coach portugais de voir ses protégés en action.

Au lieu de cela, il a dû se contenter d'une première prise de contact dans les vestiaires du stade et de deux jours d'entraînement à huis-clos, dimanche et lundi, avant ses premiers choix.
Ce match-couperet arrive-t-il trop tôt ? "C'est le football. On va travailler pour faire le mieux possible et contenter les supporters", a-t-il balayé dimanche
lors de sa présentation aux médias.

Prudemment, il n'a pas promis de miracle. "Il y a beaucoup de choses à travailler", a admis celui qui dit avoir vu tous les matches de Nantes depuis le début de la saison.

Ce n'est pas en deux-trois jours, une semaine ou deux semaines (que ça marchera), mais on va essayer que l'équipe
ait un autre comportement sur le terrain 

a prévenu le technicien.

Les équipes mal classées en championnat sont toujours déchirées entre voir les coupes comme un ballon d'oxygène qui peut permettre de relancer une dynamique, ou estimer que ce sont des matches superflus et "brader" ces compétitions.

"Je ne suis pas un ange"


La tentation pour Nantes de se focaliser sur son déplacement, dès vendredi, à Angers, existe donc sans doute, d'autant que le SCO semble prenable au vu de ses difficultés cet automne, avec trois défaites et deux nuls sur les cinq derniers matches.
Angers, légèrement remanié, avait d'ailleurs été leur adversaire en 16e de finale à la Beaujoire, pour une victoire 2-1 lors du meilleur match des Canaris à domicile cette saison.

Il est cependant très peu probable que Nantes ne donne pas le maximum mardi.
D'une part, parce que ce n'est vraiment pas le genre de Sergio Conceiçao. Que ce soit comme joueur ou entraîneur, il a maintes fois montré à quel point l'idée même de la défaite peut lui faire perdre son sang-froid.
"J'ai toujours été comme ça, je ne suis pas un ange", a-t-il volontiers admis dimanche.

Ensuite parce que jouer "à blanc" mardi est un luxe qu'il ne peut pas se permettre s'il veut rapidement évaluer son effectif et imprimer sa marque.
A l'inverse, son adversaire Montpelliérain, 13e avec 19 points, soit un petit matelas de 4 unités sur la zone rouge, peut être tenté d'assurer le coup en privilégiant la Ligue 1 et la réception de Bordeaux samedi, même s'ils auront 24 heures de plus que Nantes pour préparer cette échéance.

Avec 15 clubs de Ligue 1 sur 16 encore en lice à ce stade, le niveau a rarement été aussi élevé, et aucune des deux équipes ne peut nourrir des ambitions trop hautes dans cette compétition. Mais la pression sera clairement sur Nantes mardi soir.

Sur le même sujet

Les + Lus