Covid-19 : avec 4218,1 cas pour 100 000 habitants, le pic des contaminations avec omicron n'est pas encore atteint en Pays de la Loire

Publié le Mis à jour le

Les chiffres des contaminations avec omicron dans les Pays de la Loire continuent d'augmenter jour après jour, le pic n'est donc pas encore atteint indique l'ARS. Plus de 1 200 classes sont fermées dans la région.

"Quand nous sommes passés à 60 cas positifs pour 100 000 habitants il y a trois mois, nous nous sommes franchement inquiétés, nous sommes désormais à 4218,1 cas pour 100 000 habitants" indique Pierre Blaise, médecin épidémiologiste à l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire (ARS). Le R effectif régional est à 1,36 quand le R national est à 1,19.

"Le pic de contamination au variant omicron n'est pas encore atteint dans les Pays de la Loire. Les chiffres ne montrent pas d'inflexion qui pourrait indiquer une probable décrue comme on peut commencer à le constater en Île de France" poursuit le scientifique.

Des personnels épuisés

Paradoxalement, le nombre des hospitalisations reste stable, ce qui veut dire que si omicron se transmet très rapidement, les formes de la maladie sont moins graves. En réanimation, on trouve toujours des personnes qui ne se sont pas fait vacciner, et qui souffrent pour la plupart de comorbidités. C'est dans ce cas le variant delta qui prédomine encore.

Indispensable vaccination et gestes barrières

Et Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'ARS, de rappeler "que le système de santé n'a pas implosé en dépit de l'épuisement des soignants, qui sont eux-mêmes touchés par le virus, et des difficultés de recrutement".

L'appui sur les deux piliers majeurs que sont la vaccination, qui protège des formes graves de la maladie, et le respect des gestes barrières demeure incontournable, "et même si le 2 février un certain nombre de contraintes vont se relâcher, il faut continuer d'être très vigilant notamment lorsqu'on est en contact resserré dans des lieux clos, en famille ou au travail", insiste le directeur de l'ARS.

Selon l'ARS, 30 000 personnes se sont faites vacciner pour la première fois cette dernière semaine, mais il reste encore 200 000 personnes sans aucune injection.

1 246 classes fermées

Dans les écoles, lieu de prédilection du variant omicron pour se reproduire en contaminant les enfants, le rectorat précise que 1 246 classes sont fermées dans les Pays de la Loire, soit 8% des classes de l'académie, essentiellement dans le premier degré.

  • 304 en Loire-Atlantique
  • 137 en Maine-et-Loire
  • 101 en Mayenne
  • 403 en Sarthe
  • 301 en Vendée

Cinq écoles sont totalement fermées, en Sarthe, l'école Henri Chantrel à Saint-Ouën-des-Toits, l'école maternelle et l'école élémentaire Villaret au Mans, l'école Georges Durand à Fresnay-sur-Sarthe, et en Vendée, l'école Saint-Joseph à Aubigny-Les Clouzeaux.

Des auto tests pour les personnels des écoles

Le pass sanitaire est demandé pour les activités hors établissement, aucunement pour aller à l'école, au collège ou au lycée.

La distribution d'auto tests pour les personnels qui sont en contact avec les élèves est terminée. Toutes les écoles, collèges et lycées, publics et privés de l'académie ont reçu une attestation pour se voir délivrer des auto tests dans les pharmacies. Elle est valable trois mois, et permettra de disposer de deux auto tests par semaine.