Covid-19 : l'Agence Régionale de Santé veut aller vers les personnes isolées avec des vaccibus

Les chiffres de l'épidémie de Covid-19 marquent le pas dans les Pays de la Loire. Pour autant, pas question de baisser la garde, l'ARS veut développer le "aller vers", vers les dernières personnes pas encore vaccinées, environ 500 000 dans notre région, avec des vaccibus.

 

"Aller vers"

Environ 500 000 personnes éligibles au vaccin dans les Pays de la Loire ne sont pas encore vaccinées, dont 85 000 ont plus de 65 ans, et 18 000 plus de 80 ans. L'Agence Régionale de Santé veut développer la politique dite du "Aller vers", pour convaincre les récalcitrants ou les personnes isolées. Pour y parvenir, des vaccibus ou des centres mobiles de vaccination, comme ceux qui ont été déployés dans les quartiers nantais depuis deux semaines, vont parcourir la région.

À ce jour, 3 millions de personnes ont reçu une primo-injection dans la région, et 2,7 millions ont reçu une vaccination complète. D'autre part, 57 000 personnes ont reçu un rappel, sur les 800 000 éligibles. Ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans, ou les personnes ayant reçu une dose du vaccin Janssen et qui doivent finalement faire une piqure de rappel.

356 personnes salariées d’hôpitaux ou d’établissements médico-sociaux (soit 0,5% des effectifs) ont été suspendues dans les Pays de la Loire faute de pass vaccinal.

La fin du masque pour les écoliers le 4 octobre

63 classes sont fermées actuellement dans les Pays de la Loire en primaire ou maternelle en raison d’un cas de Covid-19, contre environ 150 la première semaine de classe.

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, ce 28 septembre a annoncé une nouvelle expérimentation. Dans une classe avec un cas positif, plutôt que de la fermer, on testerait tous les enfants, et les élèves négatifs pourraient rester en cours. On ne sait pas encore si l'un des cinq départements ligériens fera partie des 10 qui vont tenter l'expérience. La liste des 10 départements devrait être connue ce jeudi.

En Loire-Atlantique, le taux d’incidence est désormais descendu en-dessous de 50 pour 100 000 habitants. Les élèves de primaire et de maternelle devraient donc pouvoir retirer le masque en classe lundi 4 octobre. En revanche, la Mayenne a repassé la barre des 50 pour 100 000, et le retrait du masque pour les élèves pourrait donc être reporté. 

Le taux d’incidence en Mayenne repart à la hausse chez les plus de 65 ans, signe d’un relâchement dans les gestes barrières. Pas d’impact encore sur les hospitalisations ou réanimation, mais une vigilance accrue reste nécessaire selon l'ARS. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation